Le juge Sakho solde ses comptes avec l’opposition

0
267

Le Président du Conseil constitutionnel Papa Oumar Sakho, attendait certainement ce moment pour répondre à Idrissa Seck et Cie. Dans son discours précédant la prestation de serment du Chef de l’Etat Macky Sall, le juge Sakho dénonce la campagne de “diabolisation” de son institution.

“Cette consultation électorale, qui s’est déroulée dans des conditions de transparence telles qu’il n’a été relevé aucun fait ni aucune irrégularité de nature à altérer la sincérité et la crédibilité du scrutin, n’a, du reste, donné lieu à aucune contestation.

Force est de constater aujourd’hui, une mutation des mœurs politiques à travers la substitution au dialogue fécond, des monologues parallèles, faits d’invectives et de calomnies dans les médias et les réseaux sociaux.

Le Conseil constitutionnel ne se faisait cependant pas d’illusions, car la contestation principielle de la loi sur le parrainage et la confiscation du débat citoyen avaient pour conséquences logiques, la contestation de la mise en œuvre de ladite loi et, au-delà, la contestation des institutions.

Ces institutions si souvent prises à partie aujourd’hui, sont pourtant celles qui, en l’espace de douze années, ont permis deux alternances démocratiques.”

Facebook Comments