Une pensée pieuse aux femmes rurales ! (Bocar Harouna Diallo)

144
Advertisement

Je rends un vibrant hommage aux femmes du monde à l’occasion de la journée internationale des femmes rurales, célébrée chaque année de chaque 15 octobre. Les femmes sont nos mères, sœurs et épouses. Elles sont actrices de développement et indispensables dans la vie humaine mais font face aujourd’hui à de multiples problèmes à des degrés variables. Elles sont aussi de marginalisées dans plusieurs secteurs notamment la propriété foncière, du bétail, l’égalité des salaires, la participation à la prise de décision et l’accès aux ressources, au crédit et au marché du travail. Il s’y ajoute des chantages, des mariages forcés, l’abandon de l’école, la pénible labeur domestique, les agressions sexuelles et physiques. Les femmes vivent silencieusement autant d’exactions.
Outre ces maux, les femmes en particulier les transformatrices subissent de plein fouet les effets de la pandémie et la crise russo ukrainienne.

Compte tenu de cette panoplie de problèmes qui gangrènent la gente féminine, il urge de prendre des décisions idoines et mettre en œuvre des moyens de protection des femmes. Il s’agit de mettre la femme au cœur des projets, programmes et politiques de développement, d’améliorer leurs conditions de vie pour les permettre de faire face aux effets du changement climatique en corrélation avec la crise économique mondiale. D’autres axes d’intervention de protection des femmes peuvent concerner:
1_L’alphabétisation des femmes et des jeunes filles;
2_Lutte contre la déscolarisation des filles;
3_Mise en œuvre des centres de formation professionnelle des métiers d’avenir;
4_L’appui à la création des GIEs et coopératives des femmes pour leur autonomisation financière ;
5_ L’appui à la transformation et le développement de l’économie sociale et solidaire pour promouvoir l’entreprenariat féminin ;
6_La responsabilisation des femmes dans les instances de décision.

Publicité

Un attention particulière doit aussi être accordée aux femmes rurales qui sont plus marginalisées et qui peinent à avoir accès aux soins sanitaires de qualité, aux opportunités d’emploi et à la scolarisation. Les femmes rurales sont les piliers essentiels pour apporter des transformations socio-économique, cultuelle voire environnementales nécessaires au développement endogène pour lutter contre la pauvreté en milieu rural.

Bocar Harouna DIALLO

Pub