Touba : le regroupement des transporteurs pas en phase avec le mot d’ordre de grève (Président)

1
Advertisement

Le regroupement des transporteurs de la ville de Touba (centre) a décidé de ne pas suivre le mot d’ordre de grève lancé par certains transporteurs en réaction aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l’insécurité routière, a indiqué son président, Idy Kâ.

« Nous n’allons pas suivre le mot d’ordre de grève. En tout cas, nous transporteurs de Touba, nous ne sommes pas concernés par cette grève. Et j’ai pris l’engagement d’assister tous les chauffeurs de mon regroupement pendant cette période pour leur permettre de faire leur travail en toute quiétude’’, a-t-il confié à l’APS.

Publicité

Interpellé sur les différentes mesures prises par les autorités pour lutter contre les accidents de la route, il s’est dit d’accord avec le gouvernement sur certains points. Il prône cependant un dialogue entre les différents acteurs concernés.  

‘’On salue les mesures de l’État allant dans le sens de réguler le secteur du transport. On est d’accord sur certains points et on est prêt à poursuivre les négociations avec les autorités concernées’’, a-t-il notamment assuré.

Président du regroupement des chauffeurs du département de Mbacké, Mame Mor Diop, se dit lui opposé aux mesures prises par l’État du Sénégal après l’accident tragique de Sikilo (Kaffrine) qui a coûté la vie 42 personnes. Il dit vouloir poursuivre la grève illimitée déclenchée par certains transporteurs.

‘’Nous nous sommes affiliés au Syndicat national des travailleurs du transport routier du Sénégal dirigé par Alassane Ndoye. Nous ne sommes pas d’accord sur les 22 mesures prises par l’État du Sénégal. On a décidé d’aller en grève en espérant que des solutions seront trouvées. On va observer une grève illimitée mais sans violence. Nos voitures ne vont pas rouler’’, a-t-il déclaré. Il déplore la hausse qu’a connue récemment le prix du gasoil. Le gouvernement a annoncé une vingtaine de mesures, dont l’application est censée garantir un renforcement de la sécurité routière, à la suite de l’accident  survenu dans la région de Kaffrine. Les mesures avaient été prises lors d’un Conseil interministériel.

Parmi les mesures annoncées par le Premier ministre, Amadou Ba, figuraient l’interdiction du transport interurbain entre 23 heures et 5 heures, le retrait de la circulation de certains véhicules, la suspension des importations de pneus d’occasion et l’interdiction de leur vente sur le territoire national, ainsi que la limitation des chargements. Ces mesures ont provoqué l’ire de certains transporteurs qui ont décidé d’observer une grève illimitée à compter de mardi.

Pub