Touba – Escroquerie au visa : Un étudiant et un maître coranique récidivistes, placés sous mandat de dépôt

0
121
Advertisement

L’étudiant I. Mbengue et le maître coranique D. Fam ont été placés sous mandat par le parquet régional de Diourbel, mardi dernier, pour association de malfaiteurs, escroquerie et complicité d’escroquerie.

I. Mbengue, étudiant, et D. Fam, maître coranique, s’étaient retrouvés, il y a quelques mois, à la prison centrale de Diourbel pour des faits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie. Sur place, ils se sont liés d’amitiés. Une fois élargis de prison, ils ont repris leurs activités délictuelles. L’un servant de rabatteur à son complice qui détroussait les éventuels clients, avant de disparaître, avec l’argent des victimes.

Publicité

S. Niang, une jeune dame du quartier de Khaïra à Touba, qui voulait voyager en Italie, a été repérée par le maître coranique qui habite au quartier de Ndamatou. D. Fam l’a aussitôt mise en rapport avec l. Mbengue, pour lui chercher le visa. Une fois le contact établi, la dame confiante commence à verser de l’argent. Elle a versé dans un premier temps 650.000 FCfa pour les frais de dossier, puis 500.000 FCfa pour la carte de séjour, enfin 600.000 FCfa pour le billet d’avion, soit un cumul de 1.750.000 FCfa, en plus des frais du passeport. Pour éviter tout soupçon de sa proie, Mbengue fait croire à la dame qu’ils vont voyager ensemble.

A cet effet, ils ont quitté Touba pour rallier l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd), mais au dernier moment, Mbengue feint d’avoir oublié son propre passeport. Il profite de cette occasion pour disparaître dans la nature, abandonnant la pauvre dame à son triste sort. S. Niang sachant qu’elle a été victime d’escroquerie, a porté plainte contre Mbengue à la police de Touba.

D’après « Le Soleil », l’escroc avait vite fait de tourner la page de la dame S. Niang, pour piéger de nouvelles proies, dont A. Sall, menuisier, candidat pour un voyage en Chypre. I. Mbengue lui a proposé ses services. Il l’a alors accompagné au bureau des passeports du Commissariat spécial de Touba. Le hasard a fait qu’il y croise S. Niang, qui l’a formellement identifié avant d’aviser les limiers. Le fugitif est ainsi maîtrisé et mis aux arrêts.

A. Sall, informé des agissements de Mbengue, a lui aussi déposé une plainte contre lui pour lui avoir déjà versé un million FCfa, sans résultat. Face aux enquêteurs, il avoue et dénonce D. Fam, son rabatteur, qui était grassement rétribué pour ses services.

Une perquisition dans leurs domiciles respectifs, a permis de trouver des documents de voyages, dont quatre passeports, des visas électroniques.

Pub