Tokyo 2021-Athlétisme: Allyson Felix égale Carl Lewis avec une dixième médaille olympique

0
154
Advertisement

Allyson Felix, 35 ans, s’est classée troisième de la finale du 400m vendredi Shaunae Miller-Uibo et Marileidi Paulino. Avec cette médaille de bronze, l’Américaine devient l’athlète féminine la plus titrée de l’histoire des Jeux en athlétisme. Elle rejoint aussi Carl Lewis et ses 10 breloques.

En 2004, à Athènes, une jeune femme de seulement 18 ans se révélait aux yeux du monde lors des Jeux olympiques. Sur 200m, Allyson Felix prenait la médaille d’argent et battait le record du monde junior de la distance. Dix-sept ans plus tard, l’Américaine est encore présente à Tokyo pour ses cinquièmes Jeux. Et elle n’a pas perdu son appétit pour les médailles.

Publicité

Merlene Ottey dépassée, Carl Lewis admiratif

À 35 ans, et après une maternité en 2018, la sprinteuse a encore son mot à dire sur les pistes. Ce vendredi 6 août, Allyson Felix ne partait pas favorite pour la finale du 400m. La médaillée d’argent sur le tour de piste lors des Jeux de 2016 laissait ce statut à la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo, sacrée à Rio. La logique a été respectée. Felix, partie du couloir n°9, n’a pu se battre pour la médaille d’or tant Miller-Uibo a dominé de la tête et des épaules cette finale.

Mais derrière la désormais double championne olympique (48”36, record d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes égalé), il y avait bagarre pour le podium. La Portoricaine Marileidy Paulino s’est arrachée pour prendre la médaille d’argent (49”20). Et enfin, Allyson Felix a complété le podium avec un temps de 49”46, son meilleur de la saison. La Jamaïcaine Stephenie Ann McPherson n’a pu l’a rattraper (49”61).

C’est la première médaille de bronze d’Allyson Felix en cinq Jeux olympiques. Mais elle lui permet d’entrer dans la légende de l’athlétisme aux JO. Les comptes sont fous : l’Américaine possède désormais 10 médailles olympiques. Elle devance la Slovène (ex-Jamaïcaine) Merlene Ottey et ses 9 médailles olympiques (3 en argent, 6 en bronze) et égale un certain Carl Lewis. Son compatriote a lui aussi gagné 10 médailles, certes plus prestigieuses (9 en or, une en argent) et glanées en quatre éditions des Jeux olympiques (1984, 1988, 1992 et 1996). Ce qui ne l’empêche pas de saluer la grande performance de sa cadette : « Quelle incroyable carrière et inspiration. Et maintenant, le relais. »

Allyson Felix, qui dispute très probablement ses ultimes JO ici au Japon, pourrait effectivement faire encore mieux samedi. Le relais américain féminin est qualifié pour la finale du 4×400. Et si Felix s’envolait pour une onzième médaille historique ?

Pub