Terrorisme dans la sous-région : Serigne Mansour Sy Djamil attaque la France

0
298
Advertisement

Sur la question du terrorisme, le député Serigne Mansour Sy Djamil dit s’inscrire en désaccord avec la plupart des opinions. Pour lui, le terrorisme dans la sous-région a un promoteur qui porte un nom bien déterminé. «C’est la France», assure-t-il. Le parlementaire s’exprimait mercredi 30 juin, à l’Assemblée nationale, lors de l’ouverture du débat budgétaire pour l’année 2022.

En mai dernier se tenait d’ailleurs un Sommet de Paris pour aider l’Afrique à financer la lutte contre le terrorisme. Un moyen d’alimenter le fléau ? L’idée de ce « Sommet sur le financement des économies africaines » a germé à l’automne, quand le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que la crise sanitaire risquait de précipiter l’Afrique dans une grave récession, avec son lot de chômage, de crise politique, de violence sociale.

Publicité

La croissance du continent a été pour la première fois négative en 2020 (-2,1%), ce qui se traduit par un appauvrissement de la population et un manque dramatique d’investissement. L’Afrique sort financièrement exsangue de la crise sanitaire, au moment où elle devrait justement investir massivement pour enrayer la pauvreté, développer les infrastructures, affronter le changement climatique et la menace jihadiste.

« La crise a touché tous les continents, mais la singularité de l’Afrique est qu’elle n’a pas les moyens financiers aujourd’hui de protéger et de relancer son économie comme l’ont fait tous les autres continents », avait alors expliqué à RFI le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire. Parole d’un promoteur ?

Pub