« Tension financière » : Le Macky se donne bonne conscience face à la présidentielle

0
659

La polémique née de l’état des finances publiques que certains économistes de la place ont  exprimé par une « tension financière » dérange toujours au plus haut niveau. Les enjeux seraient éminemment politiques car après les gages  de Birima Mangara, ministre du Budget, c’est à son homologue de l’Economie, Amadou Bâ de dire qu’il n’y a pas de problèmes de trésorerie. Mais ce qui étonne plus d’un,  c’est que  dans presque tous les secteurs de la vie nationale, c’est la déliquescence.

L’éléction présidentielle de 2019 approche à grands pas et les enjeux politiques du coté du pouvoir sont tels que décrocher le ticket pour un second mandat du Président sortant, Macky Sall demeure le seul hobby de la majorité. Pour ce faire et en raison du réchauffement du front social lié aux difficultés conjoncturelles de l’Etat de venir à bout de ses engagements vis-à-vis des secteurs vitaux du pays, certains économistes de la place ont indiqué qu’il ya bel et bien une « tension financière » dans la gestion des finances du pays. Ce que le ministre du Budget, Birima Mangara  en premier a battu en brèche en dépit des problèmes qui accablent le pays. Hier, en visite de travail à la Direction de la Comptabilité publique et du Trésor, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ a indiqué que le pays évolue dans un environnement international incertain qui oblige le gouvernement à faire preuve de prudence dans la gestion budgétaire. « L’Assemblée nationale a adopté un budget d’un peu plus de 3700 milliards   de FCFA. A la date d’aujourd’hui, nous sommes à 45,81% d’engagement. On aurait pu être à 43,30%… ».

Dire que le Macky fait tout pour se donner bonne conscience nonobstant les multiples difficultés financières auxquelles il continue de faire face avec une dette intérieure de plus de 400 milliards, selon  l’opposition. Aujourd’hui face à la présidentielle de 2019 qui sonne à nos portes, l’Etat se donne bonne conscience pour des raisons éminemment  politiques. Gageons que l’essentiel des ressources disponibles ne soient mobilisées aux seules fins de mener une campagne électorale grassement pourvue  en vue d’un second mandat du Président Macky.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here