Sonko prophétise l’indépendance de la Casamance (Par Amina Sakho)

0
330
Advertisement

Combien de militaires Sénégalais sont tombés les armes à la main ? Combien de braves femmes ont vu leurs jambes être amputées en allant au champ du fait des mines antipersonnel? Combien d’enfants sont devenus orphelins à cause de ce conflit qu’on croyait ranger aux oubliettes ?

C’est à se demander si le leader du Pastef pour qui je voue un immense respect n’a pas tenu compte de toutes ces considérations avant de tenir ces propos scandaleux, gravissimes, sectaires, irrédentistes et surtout très désolant de la part d’une personnalité qui souhaiterait un jour prendre les destinées de notre cher pays.

Publicité

La Casamance, qui est le poumon du Sénégal de par toutes ses richesses naturelles (Zircon, forêt, fleuve…), ne peut se différencier du reste du pays sous aucun prétexte. Vouloir y instaurer une monnaie locale reviendrait à leur faire comprendre qu’ils ne sont pas des Sénégalais à part entière comme le stipulent certains Gambiens pour qui la Casamance ne fait pas partie intégrante du Sénégal.

Les discours populistes sont à bannir en politique et la faim d’être maire de Ziguinchor ne devrait aucunement justifier ces  logorrhées ethnicistes et régionalistes qui risquent de réveiller la rébellion Casamançaise après les élections locales. Le développement de la Casamance passe par l’industrialisation par ricochet la transformation des produits agricoles car étant une zone où la pluie est abondante et où l’eau coule à flot. La Casamance peut et doit être la capitale économique du Sénégal et Dakar la capitale politico-administrative comme c’est le cas en Côte d’Ivoire.

Il suffit d’y créer des zones franches industrielles pour permettre aux entreprises de pouvoir s’implanter, créant ainsi des milliers d’emplois pour ces jeunes qui sont connus pour être braves, honnêtes et surtout travailleurs. Les ‘’Casaçais’’ sont connus pour être des gens qui vivent à la sueur de leur front. Vouloir les embarquer dans des projets funestes juste pour se faire élire relève de l’immaturité politique et surtout d’un déficit abyssal de patriotisme. J’exige de Sonko qu’il retire ses propos et présente ses plates excuses au peuple Sénégalais qui n’en revient toujours pas. Si rien n’est fait les braises de cette rébellion jailliront sous peu. Et le principal responsable de ce drame se nomme Sonko Ousmane.

Amina Sakho

Pub