Soirée folle à Bernabeu : Réal Miracle, Réal Magique !

223
Advertisement

LIGUE DES CHAMPIONS – La plus belle de toutes. En renversant Manchester City dans les toutes dernières minutes de la demi-finale retour, le Real Madrid a repoussé les frontières de l’irréel ce mercredi alors que plus personne n’y croyait. Pour la troisième fois consécutive, les Madrilènes ont signé un miracle. Mais est-ce encore un miracle ? Notre antisèche.

Bien longtemps, cette demi-finale fut l’exacte inverse du match aller. Parce que Manchester City a joué avec le frein à main et le Real Madrid n’a pas eu les espaces dont il raffole. Beaucoup de fautes, beaucoup d’erreurs techniques et très peu d’occasions franches : le Bernabeu s’est ennuyé dans une nuit qui a mis des plombes à s’embrasser.

Publicité

Le Real a dominé mais City a marqué miraculeusement au cœur du temps fort madrilène.Jamais le Real n’a semblé en mesure de relever la tête et les champions d’Angleterre ont eu deux occasions de faire le break. Ils les ont toutes ratées. Madrid s’est réveillé, Bernabeu a rugi, City s’est littéralement écroulé et cette demi-finale est entrée dans la légende de la Ligue des champions avec trois buts en six minutes. Démentiel.

Trois parades, dont une capitale face à Grealish avant l’égalisation du Real Madrid : Courtois fut le grand bonhomme de la partie côté madrilène. Même si c’est l’entrée de Rodrygo, auteur d’un doublé, qui a fait basculer cette demi-finale. En retrait ce mercredi, Karim Benzema, passeur décisif pour Rodrygo, a tout de même scellé la qualification en transformant un penalty qu’il a lui-même provoqué. Et que dire de l’entrée d’Eduardo Camavinga qui a réveillé le milieu de terrain du Real.

Côté City, Kevin De Bruyne, coupable d’un déchet inhabituel, n’a jamais pris la mesure de cette demi-finale retour. Longtemps très costaud, Ruben Dias a complètement craqué sur le penalty concédé face à Karim Benzema. Bernardo Silva, incroyable de justesse durant 120 minutes, n’aura, lui, rien à se reprocher…

Pub