Sale affaire de s3xtorsion : L’actrice Léna Guèye, le commerçant et le voyage manqué

0
352
Advertisement

Commerçant nanti domicilié à Touba, Fallou Guèye s’est embourbé dans une supercherie ingénieusement déroulée par une bande de jet-setteuses, lesbiennes, adeptes du «Dakar by night». Pour déplumer leur victime naïve, les filles ont misé sur le penchant de leur proie, qui fantasmait sur des célébrités dont l’actrice Léna Guèye, de la série, «Infidèles».  Une histoire de mœurs élucidée au bout de plusieurs mois d’enquête rondement menée par la brigade des mœurs.

Jeune commerçant évoluant dans la vente de matériels de construction à Touba, Fallou Guèye s’est présenté, au mois de juillet dernier, dans les locaux de la brigade des mœurs de Dakar, une entité de la Sûreté urbaine de Dakar, pour déposer une plainte contre une bande de jet-setteuses, dont l’enquête révélera leur penchant pour le lesbianisme. Articulant ses récriminations, Fallou Guèye (26 ans), incrimine les demoiselles, Nafy Diagne alias Fatou Sarr alias «Fa», Diénaba Bathily alias Diallo Ba et Marème Diallo, qui se révélera être la fausse Léna Guèye. Il précise que ces filles l’ont grugé comme un néophyte, pour lui plumer d’un pactole de plus de 7 millions de FCfa.

Publicité

Le fameux rendez-vous de la Cité Mixta
Fallou Guèye déclare que sa mésaventure remonte au mois de février dernier. A l’époque, (le 14 février), au cours d’un séjour à Dakar, il a pris l’attache d’une connaissance, T. Diallo, cette dernière lui a loué un appartement meublé à la Cité Mixta. T. Diallo alias Wiss, un jeune bien introduit dans le milieu du «Dakar by night», l’a mis aussi en rapport avec les filles, en lui remettant les contacts téléphoniques de ces jet-setteuses, adeptes des soirées de célébrités de la musique, à l’image de Waly Seck. Fallou précise que la remise de ces numéros de téléphone devait se résumer à des parties de sexe tarifées. Fallou Guèye a invité les filles dans son somptueux appartement meublé à la Cité Mixta. Au cours de ce rendez-vous, le commerçant va convenir d’un rapport sexuel taxé avec l’une des filles, Diallo Ba. Dans la ferveur de cette retrouvaille mondaine, Fatou Sarr alias «Fa», qui a vite compris qu’elles tenaient une proie facile, décide de monter les enchères dans le but de ferrer Fallou Guèye qui, entre-temps, avait écourté son séjour dakarois, pour retourner à Touba, où il tient un florissant commerce de matériels de construction. 
Pour autant, Fa et Cie ne vont pas couper les ponts. Elles maintiennent le contact avec Fallou et décident de le déplumer à souhait. C’est dans cette optique Fa lui a transféré une vidéo dans laquelle elle apparaît dans une boite de nuit dakaroise, en compagnie de Waly Ballago Seck, à qui elle donnait des liasses de billets de banque. En retour, la star de la musique sénégalais chantait ses louanges. L’objectif était d’en mettre plein les yeux à Fallou Gueye, histoire de lui prouver qu’il avait dégoté des perles rares, courues des célébrités de la place. A partir de là, le message crypté envoyé à Fallou est sans équivoque : Il va falloir claquer sans compter pour bénéficier de leurs services. Après avoir préparé psychologiquement celui qu’elles qualifiaient de potentiel distributeur automatique de billets de banque, Fa et Cie vont miser gros. Elles font croire au jeune commerçant, qu’elles sont amies à une autre célébrité : Léna Guèye, actrice de la controversée série télévisée, «infidèles». Une annonce qui a fait saliver Fallou Guèye. Les filles enfoncent le clou en promettant d’intercéder auprès de Léna Guèye pour des moments de plaisir moyennant 200 000 FCfa. Fallou qui se voyait déjà en intimité avec la belle Léna va débarquer à Dakar. Il se prélasse dans son appartement à la cité Mixta jusqu’aux environs de 18 heures (heure du fameux rendez-vous avec Léna), sans apercevoir la tronche de l’actrice. Il compose un numéro de téléphone «Expresso», 70595…., que Fa et Cie lui avaient remis, en lui faisant croire qu’il appartient à Léna. Au bout du fil, Léna (qui, en réalité, n’est autre que Marième Diallo), décroche en imitant la voix de la célèbre actrice. D’autorité, elle diffère le rendez-vous à 21 heures et exige de Fallou, un transfert d’un acompte de 100 000 FCfa. Ce dernier qui ignorait royalement que son interlocutrice n’était pas en réalité la célèbre actrice, accède à la requête. Il effectue un transfert 50 000 FCfa via «Orange» et 50 000 FCfa via «Wave». Vers 21 heures, la fausse Léna le rappelle et diffère encore le rendez-vous. Pour ne pas semer le doute chez Fallou, la fausse Léna lui assure d’une voix berçante, que le prochain rendez-vous sera la bonne. Quelques jours plus tard, Fallou est une nouvelle fois contacté par la fausse Léna qui lui demande de lui transférer le reliquat de 100 000 FCfa des 200 000 FCfa, initialement convenu pour la passe. 

Fallou Guèye, distributeur automatique de billets de banque
Selon Fallou Guèye, (qui effectuait des navettes incessantes entre Touba et Dakar), alors qu’il espère toujours satisfaire sa libido avec la sulfureuse actrice, il va essuyer les assauts de Fatou Sarr alias Fa et Diénaba Bathily alias Diallo Ba. Usant de subterfuges ingénieusement planifiés, elles vont continuer à l’appâter pour lui demander des sommes d’argent, parfois faramineuses. Malgré tout, Fallou Guèye indique qu’il donnait sans rechigner. En atteste ces montants transférés du 26 février 2021, au 8 août suivant : «126 000 – 414 000 – 160 000 – 252 000 – 100 9000 – 2 219 000 FCfa…». A force de débourser aveuglément pour satisfaire les caprices des jet-setteuses, Fallou, à court d’argent, est allé jusqu’à brader son téléphone, «IPhone X Max», au prix de 500 000 FCfa, intégralement remis aux filles. Il va en plus les gratifier de 2 autres téléphones de marque «IPhone X Max et IPhone 7+». Déroulant le rouleau compresseur, Fatou Sarr alias Fa parvient à convaincre Fallou Guèye de lui transférer la somme de 2 500 000 FCfa, pour le compte de la fausse Léna (Marième Diallo). 

Le commerçant Fallou Guèye et les déboires de son voyage au Maroc
Après avoir soutiré un joli pactole au commerçant qui commençait à rechigner, les filles, qui ont compris que ce dernier était au bout du rouleau et qu’il pourrait se rebeller, changent de méthode. Cette fois, elles lui font miroiter un rendez-vous au Maroc. Pour attester de leur bonne foi, elles se sont chargées de lui payer le billet pour le voyage au royaume chérifien. Une fois de plus, Fallou Guèye mord à l’hameçon, débarque au Maroc mais à sa grande surprise, il n’y avait pas l’ombre de Léna, encore moins de Fa et Cie. 
Déjà financièrement éprouvé, Fallou sera secouru par un taximan sénégalais vivant dans ce pays. Ce dernier va l’héberger. C’est également ce taximan qui s’est chargé de lui payer le billet retour sur Dakar. De l’avis de Fallou Guèye qui peine à comprendre comment il s’est fait gruger de la sorte, la réponse coule de source: «Les filles m’ont marabouté.» Toutefois, il souligne que son séjour marocain lui a permis de voir clair sur ce sarcasme de mauvais goût. Une fois de retour au bercail, il décide de solder ses comptes avec ses «bourreaux». Malheureusement, indique-il, celles-ci s’étaient arrangées pour organiser leur injoignabilité. 

L’enquête et l’arrestation de «Léna» à la place de l’Indépendance
C’est ainsi qu’il a saisi, courant juillet dernier, les limiers de la brigade des mœurs. Le commissaire Florence Mendy va, en intelligence avec le commissaire Bara Sankharé de la Sûreté urbaine, ouvrir une enquête pour élucider cette nébuleuse. Nafi Diagne alias Fatou Sarr alias Fa, Diénaba Bathily, alias Diallo Ba et Marième Diallo (la fausse Léna) sont identifiées et localisées. Mais, seules Fa et Diallo Ba vont déférer aux convocations des limiers et c’est pour réfuter les accusations, tout en tentant de mener en bateau les enquêteurs. Fatou Sarr livre une toute autre version. A l’en croire, lorsqu’elle a rencontré pour la première Fallou Guèye à la cité Mixta, en compagnie de sa copine, Diénaba Bathily, elle avait, au cours d’une discussion, assuré à Fallou qu’elle est une amie très proche du chanteur Waly Seck. A la suite de quoi, elle soutient que Fallou leur avait dit que son plus grand fantasme était d’entretenir une relation amoureuse Léna Guèye. 
Diénaba Bathily alias Diallo Ba dira n’avoir reçu de Fallou Guèye que la somme de 50 000 FCfa, à la suite d’un rapport sexuel avec celui-ci. 
Mise devant les résultats des réquisitions faites auprès des opérateurs téléphoniques illustrant les transactions financières faites à leur profit par Fallou, Fa se ravise et présente Fallou comme étant son copain pour justifier les multiples remises d’argent. Pendant ce temps, Marième Diallo, la fausse Léna, informée de l’audition de ses acolytes, organise son injoignabilité. Fa et Diallo Ba, contre qui les limiers ont fini par réunir suffisamment de charges de nature à motiver leur arrestation, ont été appréhendées lundi dernier et placées en position de garde à vue. Un piège sera tendu à la fausse Léna, par l’entremise de Fa qui l’a joint sur un autre numéro. Elle lui explique qu’un compromis a été trouvé. Qu’elle s’engage à rembourser le préjudice financier (plus de 7 millions) causé à Fallou. Pour cela, elle lui demande d’aller chez elle pour récupérer sa carte bancaire et de le lui apporter à la Bicis, sis à la Place de l’Indépendance. La fausse Léna mord à l’hameçon et s’exécute. Elle est cueillie avant-hier, mardi, par les hommes en civil du commissaire Mendy. Entendue, elle réfute en bloc toutes les accusations, y compris le numéro WhatsApp enregistré avec une photo profile de la vraie Léna, qui recevait les transferts d’argent. Ce numéro sera identifié sous le nom d’une certaine, A. Samba née en 1956.

La convocation servie à Léna Guèye qui se trouvait hors du pays
Poursuivant leurs investigations, les enquêteurs ont servi une convocation à la vraie Léna Guèye. Seulement, la célèbre actrice n’a pas déféré à la requête des limiers, puisqu’étant hors du pays. La preuve de ce voyage a été rapportée par sa sœur, A. Guèye, qui a produit une copie du billet d’avion et de la pièce d’identité de l’actrice. Au terme de leur durée légale de garde à vue, tout ce beau monde a été présenté hier mercredi au procureur de la République pour association de malfaiteurs, escroquerie et usurpation d’identité.

Pub