Saisie de la maison de Wade de Point E : l’Etat dément avec des documents à l’appui

0
804

L’État n’a pas attendu longtemps pour démentir Abdoulaye Wade. Me Yérim Thiam, un des avocats de l’État, et l’huissier de justice commis par la Crei, Me Jean-Baptiste Kamaté, ont sorti des communiqués (voir ci-dessous) pour corriger l’ancien chef de l’État.

“D’une part le domicile dont il s’agit n’a ni été saisi ni fait l’objet d’une quelconque procédure ; d’autre part l’acte signifié au dernier domicile connu de Karim Wade au Point E, est un commandement de payer ‘sous peine de saisie de ses facultés mobilières’ délivré en exécution de l’arrêt de la Crei en vue notamment d’une possible contrainte par corps”, informe Me Thiam.

Me Kamaté ne dit pas autre chose. Revenant sur sa visite au domicile de Wade, il a juré qu'”il n’a nullement été question pour (eux) de procéder à une saisie immobilière (de la villa) qui au demeurant, obéit à une procédure rigoureusement encadrée”.

L’huissier de justice déclare s’être chez Wade à Point E, “dernière adresse connue de Monsieur Karim Meissa Wade, à l’effet de procéder à la saisie vente de ses facultés mobilières corporelles (biens meubles corporels), pour recouvrer la peine pécuniaire à laquelle il a été condamné” par la Crei.

En clair, Me Kamaté était allé récupérer les 138 milliards de francs Cfa au paiement duquel montant la Crei a condamné Karim Wade. “Ayant trouvé les portes de la villa fermée, j’en ai dressé procès-verbal conformément à la loi et me suis retiré à 8 heures 9 minutes puis me suis rendu à une autre adresse pour poursuivre mon ministère”, relate l’huissier de justice.

Tout s’est passé en 4 minutes; Me Kamaté ayant déclaré s’être présenté chez Wade, vendredi dernier, à 8 heures 5 minutes.

Facebook Comments