Retour sur le sens, l’historique, les recommandations et les bienfaits de la célébration du Magal de Touba

0
330

Dieu dit dans le Coran : « A chaque communauté, Nous avons assigné un rite sacrificiel (fête), afin qu’ils prononcent le nom d’Allah sur la bête de cheptel qu’Il leur a attribuée. Votre Dieu est certes un Dieu unique. Soumettez-vous donc à Lui.

Et fais bonne annonce à ceux qui s’humilient, ceux dont les cœurs frémissent quand le nom d’Allah est mentionné, ceux qui endurent ce qui les atteint et ceux qui accomplissent la Salat et dépensent de ce que Nous leur avons attribué. » (S.22 V.34.35)

A chaque communauté, Nous avons assigné un culte à suivre. Qu’ils ne disputent donc point avec toi l’ordre reçu ! Et appelle à ton Seigneur. Tu es certes sur une voie droite. » (S.22 V.67)

Tels sont des versets coraniques dans lesquels peut se situer conformément le Sens de la célébration du Grand Magal de Touba.

Cette commémoration a été donc recommandée en personne par Cheikh Ahmadou Bamba, un appel adressé à tous les fidèles musulmans, dont le but serait de rendre grâce à ALLAH sur des faveurs qui lui sont parvenues. Des faveurs que le Saint Homme veut partager avec toute la communauté.

La date de la célébration du Grand Magal de Touba coïncide avec le dix huit (18) du mois musulman de Safar, date à laquelle Cheikh Ahmadou Bamba sortit de sa demeure de Mbacké Bâri pour accomplir le pacte qu’il scella avec le Prophète Mouhammad (psl).

Il signa cette mission pour dit-il, faire parti des nobles Compagnons du Prophète, représentant les hommes les plus vertueux de la communauté musulmane après les Prophètes.

Cheikh Ahmadou Bamba dit dans l’un de ses vers :

« La cause de mon Exil est que Dieu désirait m’élever par sa grâce, désirait que je demeure l’intercesseur de mon peuple, que je devienne l’Eternel Serviteur du Prophète ».

Cheikh Ahmadou Bamba accepta donc les termes de ce contrat divin qui l’éloignera de son pays natal pendant presque huit années (de 1895 à 1902). Il séjournera dans les territoires hostiles du Gabon, où les autorités de l’administration coloniale française lui infligeront des épreuves les plus inhumaines et redoutables, allant dans le sens de l’éliminer physiquement.

Des épreuves qui resteront vaines jusqu’à ce que sa mission soit intégralement agrée par le TRES MISERICORDEIUX-ALLAH-, qui lui fera savoir que :

« Ce qui avait motivé ton départ est un acquis hors de propos; mais aussi à compter d’aujourd’hui jusqu’à la fin du monde, chaque fois que ce jour reviendra dans le temps, sois rassuré, je te gratifierai d’une récompense pour l’équivalent de ta présente rétribution qui fondait la raison de ton départ. ».

Il se complut à cela, jusqu’à son avènement à Diourbel où il appela les gens pour leur dire ceci :
« Quant au Bienfait qu’ALLAH m’a accordé, ma seule et souveraine gratitude ne le couvre plus; par conséquent, j’invite toute personne que mon bonheur personnel réjouirait de s’unir à moi dans la reconnaissance à ALLAH chaque fois que l’anniversaire de ce jour le trouve sur terre. ».

……………………………………………………………………
HISTORIQUE DU GRAND MAGAL DE TOUBA

Au début, cette fête religieuse était juste célébrée par les fidèles dans leurs localités respectives.
Chacun se contentait de faire les recommandations prescrites.
Certains des anciens disciples du Maitre, appelleront même l’évènement par le terme wolof « tabaskiwaat », signifiant « la deuxième fête de l’Aïd-el-Kebir ». Le Saint Homme apporta à ce propos des éclaircissements, rappelant la particularité et l’importance de la Fête de l’Aïd-el-Kebir qui est une Obligation Divine. Il indiquera par la suite aux fidèles de donner comme nom à cette fête le terme « MAGAL », qui un est un autre mot wolof qui signifie « Célébrer », ou encore « Commémorer ».

Ainsi, Sérigne Mouhammadou Fadel Mbacké (1889-1968), deuxième khalif de la communauté mouride, appela sous son magistère, à quiconque se trouvant dans les dispositions requises, de venir célébrer cette grande fête dans la Ville Religieuse de Touba.
Depuis, chaque Khalif de la communauté a fait du Grand Magal de Touba sa propre préoccupation.

La commémoration qui est dorénavant appelée le « GRAND MAGAL DE TOUBA » est devenue depuis, l’un des rares moments où le Khalif s’adresse d’une manière officielle et solennelle à la communauté. Ces déclarations sont reprises pendant quelques trois semaines par un grand nombre des maisons de presse audiovisuelles et écrites nationales. Dans le reste du monde aussi, certains grands groupes de presse, commencent à s’intéresser à l’événement, qui constitue à ce jour l’un des plus Grands Rassemblements religieux du monde, car regroupant maintenant quelques trois millions de pèlerins dans la ville religieuse.

La mobilisation des fidèles hors du territoire national est aussi de plus en plus mieux organisée. Beaucoup de ces fidèles installés à l’Etranger se regroupent pour affréter des vols spéciaux, et certaines grandes compagnies aériennes les y accompagnent en revoyant à la baisse leur tarification du fait de la forte demande. Ceci a fini de propulser le GRAND MAGAL DE TOUBA au devant de la scène internationale.

Toutefois, cette notoriété graduelle a de nos jours crée quelques conséquences néfastes sur le véritable sens du Grand Magal de Touba, ainsi que sur la vraie compréhension de la doctrine enseignée par le Cheikh Ahmadou Bamba, Khâdim Rassûl (Serviteur du Prophète).

Somme toute, cet évènement religieux n’a été institué que pour rendre grâce à ALLAH par n’importe quels procédés édictés sur la base des préceptes de l’Islam.

A cet effet, Cheikh Ahmadou Bamba a enseigné à la communauté des voies et moyens de s’adonner à ce Devoir de Remercier le TOUT-PUISSANT.

Il a enseigné des Actions de Grâce qui ne se limitent plus à « Remercier DIEU de par sa voix », mais d’y procéder aussi d’une manière concrète, en satisfaisant gracieusement les besoins de ses frères en présents, nourritures et boissons, tout en étant scrupuleusement inscrit dans les autres devoirs obligatoires et immuables de l’Islam.

………………………………………………………………………………….
LE MAGAL DE TOUBA ET SES RECOMMANDATIONS

A propos de la célébration du Grand Magal de Touba, Cheikh Ahmadou Bamba dit :

« Tout individu que l’occasion de ce jour trouve quelque part est prié d’y consacrer toute la mesure de ses possibilités sans restriction et ce, du sacrifice des espèces allant du chameau au poulet; chacun, individuellement, avec les moyens d’oblation dont il dispose est prié d’intervenir. »

Chaque fidèle se contentera aussi de faire tout autre acte pieux, allant dans le sens de Rendre Grâce à ALLAH, notamment :

  • La Prière.
  • La récitation du Coran.
  • La récitation d’autres litanies (Zikr, Salât Alâ Nabî, Khassaidas …).
  • Les Visites d’amour aux Guides Spirituels, Parents et Amis.
  • Faire le bain.
  • Sortir l’aumône et le don pieux (adiya).
  • Rendre visite à un érudit.
  • Aider son prochain.
  • Visiter les lieux saints.
  • Interdire ce qui est prohibé.
  • Dire du bien etc.

Le Magal de Touba est avant tout un évènement pour Rendre Grâce à ALLAH, donc le pèlerin devra se concentrer au mieux durant son séjour, de s’abstenir de faire tout ce qui est interdit dans la ville religieuse, notamment :

  • La vente, la consommation de boissons alcoolisées et ivresse (publique et clandestin) ;
  • La vente, la détention et usage de drogues, notamment chanvre indien (publique et clandestin) ;
  • Les jeux de hasard et loteries ;
  • Les vols et recels ;
  • Les tam-tams, musique de danse et manifestations folkloriques ;
    Et enfin, tout ce qui, en dehors de ces faits, est également contraire aux principes de l’Islam.

………………………………………………………………………………
QUELQUES BIENFAITS DE CELEBRER LE GRAND MAGAL DE TOUBA

Les Bienfaits que comporte le fait de célébrer le Grand Magal de Touba ne pourront être étalés d’une manière exhaustive.
A ce propos, cette mémorable déclaration d’un des dignes Héritiers de Cheikh Ahmadou Bamba, en l’occurrence Sérigne Saliou Mbacké (1915-2007) nous en renseigne un peu :
« Serigne TOUBA dira au sujet du MAGAL : “étant donné deux personnes, Si l’une prend en haute considération ce jour et que l’autre le néglige, celui qui lui vous de la considération ne cessera jamais de voir les titres de prééminence qu’il a sur l’autre.”
Quant à la Célébration du MAGAL, je la recommande, celui qui S’y associe à moi dans l’Action de Grâce, s’il Plaît à DIEU, lorsque dans l’Au-delà nous serons au Paradis aussi, certes notre SEIGNEUR OMNISCIENT, d’un Parfait Discernement – malgré l’inexistence au Paradis des mois et des jours – a une Clairvoyance au-dessus de tout et une Transcendance sur toute chose. Mais notre SEIGNEUR Lui, ayant suscité la création reconnaît parfaitement le repère qu’avait chaque jour au monde, de sorte que quand le Jour reviendra, nous ne douterons point qu’il s’agit de celui-ci.
Ce Jour, lorsque nous y parviendrons, il (DIEU) lui réservera des Honneurs et les lui déversera surabondamment à telle enseigne que quelque soient les Délices du Paradis, cette distinction sera une exception de DIEU à son endroit à propos de laquelle, dit-il, celui qui aura communié avec lui dans l’Action de Grâce, où qu’il se trouvera au Paradis, recevra sa part de cela. Voilà ce qu’il a déclaré ; c’est ce qu’il a dit à propos de ce Jour. »
(Appel Grand Magal de Touba – 1991)

…………………………………………………………………..
SOURCES : Le Coran, Jazâ-u Chakûr et Mazâlikoul Djinâne de Ch. Ah. Bamba, Sermons de Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, travaux de la commission scientifique du Dahira Hizbout Tarqiyyah, textes officiels de dignitaires mourides, autres recherches…

TEXTES RASSEMBLES PAR : Moustapha Dramé (Facebook : Alali Sérigne Touba )

Facebook Comments