Quand Macky inspire Augustin Senghor…Mandats illimix

0
158
Advertisement

Le Sénégal est le pays formateurs de dictateurs. Le diktat s’installe partout. Au sommet de l’état, dans les ministères, dans les institutions, dans les sociétés et même dans le sport. Surtout dans les sports favoris au Sénégal. Le foot et la lutte sont gangrénés par une Mafia d’hommes d’affaires qui ne veulent rien lâcher. Dans le foot, c’est un « consensus » qui prend en otage la discipline. Et dans la lutte, c’est le diktat des promoteurs qui tue la carrière des lutteurs. Comme si ces individus s’inspiraient du « ni oui ni non » de Macky qui a ouvert la voie d’un président aux mandats « illimix »…

Au Sénégal, c’est la loi du plus fort qui s’impose à tous. Même dans la plus petite discipline qui commence à émerger, c’est la dictature. L’exemple de la fédération sénégalaise de roller et Skate (FSRS) qui est l’une des dernières fédérations sportives, est édifiante. Créée seulement en 2017, la FSRS est aujourd’hui secouée par des « querelles » internes avec une présidente, Mme Awa Nar Fall, qui refuse d’ouvrir les portes de l’assemblée général aux rollers de différents départements de Dakar. Si cette dernière-née des fédérations sportives au Sénégal est sous l’emprise d’une dame et de ses « amis », alors que dire de la fédé de foot qui est otage d’un homme…

Publicité

Me Augustin Senghor est président de la fédération Sénégalaise de Football (FSF) depuis 2009. Il est également 1er vice-président de la CAF. Et aujourd’hui, le président sortant a décidé de briguer un 4ème mandat à la tête de la FSF. Et pourtant comme Macky, Augustin qui est un homme nuancé, avait annoncé lors d’une campagne précédente que sa carrière à la tête de la discipline s’arrêtait à son 3ème mandat.

En 2017, lors de sa campagne pour un 3ème mandat à la tête de la fédé de foot, le président sortant à l’époque avait rassuré les mélomanes que c’était fini : « les textes ne m’interdisent pas de me représenter. Mais pour ma part, je demande un 3e mandat qui sera mon dernier car j’estime que le but est proche et nous devons le marquer ensemble ». Exactement comme le disait un président de la République lorsqu’il battait campagne pour un second mandat qu’il qualifiait de « dernier »…

Revenons en janvier 2018 pour écouter ce que disait le président de la République qui répondait aux questions des journalistes après son message à la Nation : « C’est moi qui ai écrit la Constitution. Quand on a ramené le mandat de 7 à 5 ans, j’ai dit que le mandat est renouvelable une fois. J’y ai rajouté une clause qui stipule que nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. Si je suis réélu, je fais un deuxième mandat de 5 ans. Cela fera 7 plus 5. Il faudra partir. C’est ça l’option fondamentale ».

Mais aujourd’hui, Macky Sall refuse de partir et envisage même un troisième mandat consécutif. Tout comme Me Augustin Senghor à la tête de la fédé de foot. Inspiré par le président Macky, le nouveau dictateur, Augustin-Le-Grand, veut rempiler pour un 4ème mandat. Mais le monde sportif lui tourne le dos à l’image de l’ancien journaliste sportif émérite, Majib Sène qui lui donne ce conseil précieux : « Après trois mandats à la tête du football sénégalais, vous devez accepter l’alternance pour mieux vous occuper de vos nouvelles fonctions à la Confédération Africaine de Football ».

Mais Augustin-Le-Grand est entêté comme son président…Macky Sall. Le décès de Samba Sarr, ancien président du district de Football de Pikine lors du passage d’Augustin Tine dans ladite Localité, n’est-il pas le signe annonciateur de la descente aux enfers du Football sénégalais ?

Xibaru

Pub