Promesses non tenues : Le Daande Mayo trahi et abandonné (Mouvement Bulletins nuls)

443
Advertisement

senescoop.net – Plus de 10 ans sous la gouvernance Macky Sall, le Fouta continue de sombrer dans des difficultés accentuées par un manque d’infrastructures routière et sanitaire. Les populations de cette contrée du Sénégal ont longtemps dénoncé cette situation qu’elles considèrent comme un maque de respect et de considération à leurs égards.

Après plusieurs années d’attentes, les populations du Dande Maayo ont décidé d’élever la voix et de créer un mouvement dénommé « Bulletins Nuls » dont l’objectif est d’identifier tous les problèmes du Daande Maayo Nord et de les porter au niveau des autorités afin de trouver des solutions susceptibles d’améliorer le quotidien des habitants de la zone. Composé en majorité de militants ou sympathisants de l’APR, le mouvement ambitionne aussi de sanctionner sévèrement la mouvance présidentielle aux prochaines élections législatives si rein n’est fait.

Le mouvement « Bulletins Nuls » regroupe tous les villages de Daande Maayo Nord (Nguénar et Bossea) de Djamel dans la commune de Matam jusqu’à Djorbivol Félou dans la commune de Oréfonde. . La coordination est assurée par l’initiateur Baba Doro  Mbodji. Pour une bonne organisation, le mouvement a mis en place un comité de pilotage composé de trois membres par village et d’un comité technique restreint chargé de réfléchir sur les stratégies de mise en œuvre des principales décisions.

Publicité

C’est à la suite d’une conférence de presse tenue devant tous les représentants des différents villages du Daande Mayo, le mouvement Bulletins Nuls a dressé sa feuille de route et son plan d’actions dans un mémorandum :

Dans l’immédiat, nous exigeons la matérialisation de la promesse de son Excellence Monsieur le Président Macky Sall relative au bitumage de la route du Daande Maayo accompagnée de la construction de bretelles pour désenclaver certaines localités. En effet, pendant son passage à Nguidjilone lors de la tournée économique du 15 Juin 2021, le Président Macky  Sall avait procédé à la pose de la première pierre annonçant le début imminent des travaux du bitumage. Mais à la surprise générale, rien n’a été fait à ce sujet jusqu’à ce jour.

Par conséquent, cette exigence reste non négociable sans quoi le Mouvement se réserve le droit de mobiliser tous ses militants et sympathisants du Daande Maayo et de la diaspora pour sanctionner le régime par le vote de bulletins nuls  aux élections législatives du 31 Juillet 2022 en guise d’alerte.

    A court terme, nous demandons l’aménagement de casiers rizicoles pour fixer les jeunes dans leurs localités et lutter contre l’émigration clandestine. La zone dispose suffisamment de terres et d’eau, donc, avec une volonté politique, le Daande Maayo  peut devenir le grenier du  Pays et régler les problèmes de l’exode rural mais surtout assurer l’autosuffisance en riz tant souhaitée par Monsieur le Président de la République. Aussi, exigeons-nous l’électrification de tous les villages mais également la construction de forages pour les localités qui n’en disposent toujours pas.

A moyen terme, la construction d’un grand Centre de santé à défaut d’un hôpital digne de ce nom. L’enclavement de la zone fait qu’il y a un grand problème de santé publique avec la persistance de maladies endémiques, un taux élevé de mortalité maternelle justifiant à suffisance la nécessité d’un Centre de santé ou d’un Hôpital dans le Daande Maayo.

En outre, dans le domaine de l’éducation et de la formation, nous demandons la construction de l’Université de Matam, de Lycées Modernes et de Centres de formations professionnelles pour accueillir les nouveaux bacheliers et résorber le taux de déperdition scolaire très notée dans la localité.

Egalement, nous réclamons sans délai la revalorisation des activités de l’élevage et de la pêche qui peuvent être de véritables leviers de développement au Daande Maayo. A long terme, l’érection de toute la zone en des entités administratives autonomes économiquement viables compétitives et porteuses de développement impactera de manière très significatives les initiatives de lutte contre l’avancée inquiétante du désert, l’érosion de la berge du fleuve et la précarité.

Sur le plan de la sécurité, toute la zone transfrontalière du Daande Maayo est laissée à elle-même sans poste de gendarmerie ni de police malgré la recrudescence des actes de banditisme et la menace terroriste. Les préoccupations citées plus haut sont portées par les villages et hameaux ci-dessous qui sont plus que déterminés pour leur réalisation:

Diamel, Tiguéré-Ciré, Tiguéré-Yéné, Thiofol, Anda, Binké, Nima, Koundel Woudourou, Virage-Ndouloumadji, Lanel, Bowel, Fonde-Samaly, Sadel, Somana, Nguidjilone, Toulel-Toupé, Ranwa, Falo-Barka, Aly-Oury, Kedele,  Dialowaly, Wouro-Ndiawdy, Dondou, Mow, Heleta, Tarett, Diakre, Ndiakiry, Fouya, Gawdal, Diowol, Balel-Pathe, Diamel-Gawdal, Guiraye, Gaol, Guerlel, Sinthiou-Diamdior, Sylla, Diongto, Dial-Peul, Dial-Soubalo, Mole-Walo, Gababe-Peul, Gababe-Soubalo, Sylla-Worgo, Sinthiou-Boumack, Diaffane-Sorokoum, Ndiaffane-Belly-Thindy, Thiasky, Diawguel, Diorbivol Pecheur et Felou.

Fait à Dondou le 4 Juin 2022

Yero Guissé / senescoop.net

Pub