Premier Conseil des ministres : Les « nouveaux » déclinent leurs feuilles de route

201
Advertisement

La réunion hebdomadaire du Conseil des ministres a repris, ce mercredi 28 septembre, après la formation du nouveau Gouvernement dirigé par Amadou Bâ. Les ministres entrants ont décliné leurs feuilles de route.

Le Président de la République, Macky Sall, a présidé mercredi, le premier conseil des ministres après l’installation, le 17 septembre dernier, du nouveau Gouvernement dirigé par Amadou Bâ. C’était le baptême du feu pour certains ministres. Ces derniers, interrogés par la Rts, ont dit les objectifs qu’ils se sont fixés pour réussir leur mission.

Publicité

Ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba s’est engagé à renforcer le pouvoir d’achat des Sénégalais. Selon lui, la priorité, qui a été dégagée par le Président de la République, a été réitérée lors de la réunion de la concertation sur la vie chère. Et, a-t-il rassuré : « Le ministère des Finances et du Budget a des leviers très importants pour pouvoir atteindre cet objectif ».

Le nouveau ministre de la Jeunesse a abondé dans le même sens. Pape Malick Ndour dit être conscient de la situation. « On sait que les jeunes veulent avoir de l’emploi. Mais, nous sommes rassurés parce que nous savons que le Président de la République a une très grande vision sur l’entreprenariat, sur la jeunesse et sur la promotion socio-économique des jeunes. Nous osons croire qu’avec l’accompagnement de tout le monde, mais aussi en s’inspirant de la vision du Président de la République, nous allons réussir notre mission », a-t-il déclaré.

C’est le même son de cloche chez Birame Faye, ministre auprès du ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité de proximité et de la Protection civile. Pour lui, avec le développement de la criminalité, de la violence, de la déliquescence dans la zone du Sahel, il y a du travail à faire dans ce secteur. Il s’engage ainsi à tout faire pour mériter la confiance du Chef de l’Etat.

La ministre de la Femme, de la Famille et de la Protection des enfants, Fatou Diané, a reconnu qu’elle a beaucoup de challenges avant de s’engager à les relever. Son département, a-t-elle confié, va travailler davantage pour une meilleure autonomisation financière, économique et sociale des femmes, une meilleure inclusion de la petite enfance dans les politiques publiques.

Après avoir remercié le Chef de l’Etat pour le choix porté sur sa personne, Annette Seck, ministre auprès du ministre des Affaires Etrangères, chargée des Sénégalais de l’extérieur, a relevé, pour le magnifier, l’intérêt que porte le Président de la République à la question de la prise en charge des problèmes de ces citoyens établis à l’étranger.

Pour sa part, le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération du Sénégal, Oulimata Sarr compte s’inscrire dans la continuité de ce qui se faisait dans son département. Elle a indiqué que le Sénégal a un plan de développement très ambitieux qui est le Plan Sénégal émergent (Pse) adossé au Pap2A (Programme d’actions prioritaires ajusté et accéléré).

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Sécurité alimentaire, Aly Ngouille Ndiaye, dit également être conscient des enjeux de l’heure. Estimant que le challenge est dans le titre de son ministère, il pense qu’il faut une production en abondance pour soulager les populations. « C’est important qu’on puisse se concentrer pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaires dans ce pays dans un contexte où les prix flambent, dans un contexte où c’est difficile d’avoir des produits venant de l’extérieur », a-t-il avancé.

Dans son intervention, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Papa Sagna Mbaye, a rappelé que plus de 2 millions de Sénégalais vivent de la pêche. Ainsi, il pense que c’est un secteur qu’il faudrait prendre à bras-le-corps d’autant plus qu’il traverse des difficultés par rapport à la rareté des ressources. « Il faudrait prendre des mesures idoines pour essayer de mettre beaucoup plus de justice sociale et d’équité au niveau de la gestion des problèmes du secteur de la pêche », a-t-il estimé.

Le ministre auprès du ministre de l’Eau et de l’Assainissement chargé de la Prévention et de la gestion des inondations, Issakha Diop, est allé dans le même ordre d’idées. À son avis, c’est un gouvernement d’attaque qui a été mis en place et il sera sur le terrain pour satisfaire les besoins des Sénégalais. S’agissant de la gestion des inondations, il a fait savoir qu’il sera, avec les populations, dans la recherche de solutions durables.

Doudou Ka, ministre des Transports, aériens n’a pas dérogé à la règle. En effet, il s’est aussi engagé à relever le défi consistant à faire du Sénégal le premier hub aérien de la sous-région.

Pub