Plusieurs milliards de dollars pour reconstruire le Mozambique dévasté par les cyclones

0
152

Le Mozambique a besoin de 3,2 milliards de dollars pour se reconstruire après les cyclones Idai et Kenneth qui ont frappé le pays en mai et avril, faisant des centaines de morts et plus de 1,5 million de victimes.

C’est ce qui ressort d’une évaluation gouvernementale appuyée par la Banque mondiale, les Nations Unies et l’Union européenne en vue d’une conférence mondiale d’annonce de contributions qui a eu lieu vendredi.

Certains travailleurs humanitaires craignent que le pire ne soit encore à venir. Les tempêtes ont détruit les récoltes et de nombreuses personnes doivent compter sur l’aide alimentaire pendant une bonne partie de l’année prochaine. Plus de 1,5 million de personnes auraient besoin d’une aide alimentaire d’urgence.

Les cyclones Idai et Kenneth ont tué plus de 650 personnes au Mozambique et des centaines d’autres au Zimbabwe et au Malawi. Le nombre exact de morts reste inconnu, car certains corps ont été emportés par les eaux.

C’est la première fois dans l’histoire que deux cyclones tropicaux frappent le Mozambique en une seule saison. Les cyclones aggraveront la pauvreté dans la région et la reconstruction sera « extrêmement difficile », selon l’évaluation du gouvernement.

« La situation s’aggrave avec le temps, de façon régulière », a déclaré Mahmoud Shabeeb, porte-parole de l’organisation humanitaire CARE, à l’Associated Press, affirmant que la prochaine saison de récolte n’est pas avant mars de l’année prochaine. « S’ils reçoivent de l’aide, ils mangeront, dans le cas contraire, ils n’auront pas à manger ».

Le cyclone Idai qui a frappé le Mozambique à la mi-mars a provoqué des inondations généralisées qui ont créé un « océan intérieur » et laissé les habitants sans-abri. Dans la principale ville de la région, Beira, qui compte environ 500 000 habitants, de nombreux toits ont été arrachés.

Six semaines plus tard, le cyclone Kenneth a frappé la province la plus septentrionale de Cabo Delgado. Des communautés ont été détruites et certaines zones restent inaccessibles.

Les effets des cyclones se répercutent sur tous les enfants. Ils sont moins nombreux à aller à l’école. Certains sont exposés à la violence et à la négligence. Certains doivent travailler ou s’adonner au « sexe de survie ». Beaucoup boivent de l’eau insalubre. Les moyens d’existence ont été détruits.

« L’aide reçu jusqu’ici n’est pas suffissante. Seulement 30% de l’appel humanitaire de l’ONU pour le Mozambique est arrivé. Cette conférence arrive vraiment à un moment crucial », a déclaré Ahmad Baroudi, le porte-parole du groupe humanitaire Save the Children.

Facebook Comments