Paris promet au Parc des Princes de sortir le grand jeu !

0
763

Le Paris Saint-Germain est condamné à l’exploit face au Real Madrid, vainqueur à l’aller (3-1), pour accéder aux quarts de finale. Sans Neymar mais dans un Parc des Princes où elle sait se sublimer, l’équipe d’Unai Emery est capable de se surpasser pour faire chuter le double champion d’Europe en titre.

Le contexte

Un exploit sinon rien. Le PSG doit remonter un handicap de deux buts face au Real Madrid après sa défaite à l’aller dans le capitale espagnole (3-1) pour éviter un nouvel échec dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions, comme la saison passée face au FC Barcelone. Le début du scénario n’est évidemment pas sans rappeler celui d’un soir de mars 1993, quand Paris avait écrit l’une des plus belles pages de son histoire en renversant le club merengue au Parc de Princes (4-1), après avoir déjà subi une défaite 3-1 à Madrid lors du match aller. Reste à écrire la fin.

Paris rêve de voir l’histoire se répéter vingt-cinq ans plus tard. Il y va aussi de la crédibilité de son projet. L’humiliation subie à Barcelone la saison passée avait montré l’écart qui séparait encore le PSG du cercle des grands d’Europe qu’il rêve d’intégrer. Un deuxième échec consécutif à ce stade de la compétition confirmerait l’incapacité des Parisiens à franchir ce cap, malgré les investissements vertigineux consentis l’été passé. Ce serait une énorme désillusion pour un PSG dont la fin de saison paraitrait soudainement bien vide sans échéance européenne.

Marco Verratti, Yuri Berchiche et Sergio Ramos lors de Real Madrid - PSG en Ligue des champions le 14 février 2018

Il faudra vraiment un grand Paris pour sortir ce Real. Dans l’absolu, ce match est peut-être encore plus important pour le club merengue, largué en Liga, éliminé de la Coupe du Roi et dont la saison dépend désormais totalement de la Ligue des champions. Les Parisiens avaient rivalisé dans le jeu à l’aller, mais ils avaient commis des erreurs rédhibitoires à ce niveau. Ce qui les condamne à rendre une copie parfaite ou presque, que ce soit dans la concentration, l’intensité et surtout l’efficacité tant ils en avaient cruellement manqué à Madrid. Paris doit sortir le grand jeu. Au Parc, il sait bien le faire.

Le PSG n’y aura pas le même visage qu’à Santiago-Bernabeu. Avec l’absence de Neymar et les retours probables dans le onze de départ de Thiago Silva et Thiago Motta, il aura plutôt l’allure des saisons précédentes que de l’actuelle. Même si Kylian Mbappé, en délicatesse avec sa cheville, sera bien opérationnel. Au Real, si Marcelo a fait son retour face à Getafe (3-1) samedi, Toni Kroos et Luka Modric restent en revanche incertain. S’ils jouent, les deux milieux madrilènes ne seront pas forcément à 100%. Dans un secteur qui s’annonce déterminant, cela pourrait faire la différence.

Le joueur à suivre : Cristiano Ronaldo

Paris doit marquer, évidemment. Mais aussi éviter de prendre des buts. Et cette tâche est particulièrement compliquée face à Cristiano Ronaldo en Ligue des champions. Le Portugais l’a rappelé à l’aller en signant un doublé pour porter son total à 21 buts sur ses… 12 derniers matches de Ligue des champions. Revenu au sommet de sa forme ses dernières semaines, CR7 sera un véritable poison pour une équipe parisienne forcément tournée vers l’attaque. Car elle s’exposera aux contres. Et le quintuple Ballon d’or adore ça.

Cristiano Ronaldo face à Dani Alves lors de Real Madrid - PSG en Ligue des champions le 14 février 2018

Trois stats à avoir en tête

2/11 : Le PSG n’a gagné à domicile par au moins deux buts d’écart que deux fois sur ses onze derniers matches dans un tour à élimination directe de Ligue des champions. C’était face à Chelsea (3-1) en quart de finale aller en avril 2014, et face au Barça (4-0) en 8e de finale aller en février 2017.

0 : La dernière équipe à ne pas avoir encaissé de but au Parc des Princes en Ligue des champions, c’est le Real Madrid. Le club espagnol était venu chercher un nul (0-0) en phase de poules en octobre 2015.

7 : Le Real Madrid est systématiquement allé au moins en demi-finale de la Ligue des champions lors des sept dernières éditions, un record. Le PSG n’a atteint ce stade de l’épreuve qu’une seule fois dans toute son histoire. C’était en 1995, et il s’était incliné devant le Milan AC (0-1, 2-0).

Ils ont dit

Dani Alves (défenseur du PSG)

“On a deux options. S’asseoir et pleurer ou alors se lever et faire ce qu’on a à faire.”

Unai Emery (entraîneur du PSG)

“C’est important de jouer avec la tête, mais le plus important est de jouer avec le cœur. “

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid)

Evidemment que l’ambiance sera chaude. Mais on a l’habitude.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here