Panne de réseau – Le jour où la galaxie Facebook s’est éteinte !

0
306
Advertisement

Le jour où la galaxie Facebook s’est éteinte. Cela fait maintenant plusieurs heures que l’ensemble des services du géant californien (Facebook, Whatsapp, Instagram et Messenger) sont en rade, avec des sites inaccessibles et des messages bloqués. L’entreprise a assuré un peu avant 22 heures qu’il s’agissait d’un problème réseau, et qu’elle faisait tout son possible pour rétablir la situation.

« Nous sommes au courant que certaines personnes ont des difficultés à accéder à nos applications et produits. Nous nous efforçons de revenir à la normale le plus rapidement possible, et nous nous excusons pour tout désagrément », a déclaré un porte-parole de l’entreprise Facebook à 20 Minutes. A 21h52, après un silence de près de quatre heures, le directeur technique de l’entreprise, Mike Schroepfer, a indiqué qu’il s’agissait de « problèmes de réseau », sans rentrer dans les détails.

Publicité

Grosse boulette lors d’une maintenance ?

Le directeur technique du géant de la distribution de contenu CloudFlare explique que des changements au niveau du protocole BGP (Border Gateway Protocol) ont été détectés juste avant l’apocalypse vers 17h45 (heure de Paris). Il semble que les routes qui permettent d’aiguiller le trafic Internet aient été « retirées » par Facebook. Le patron de Cloudflare Matthew Prince, juge, lui, qu’il s’agit a priori d’une erreur de maintenance et pas d’une cyberattaque géante.

Quand un internaute tape www.facebook.com dans son navigateur, le fournisseur d’accès à Internet interroge le système de gestion de nom de domaine (DNS) qui fait correspondre cette URL facile à retenir à une adresse IP chiffrée obscure (comme 31.13.71.1). Ensuite, les routes BGP permettent d’aiguiller le trafic Internet pour aller du domicile d’un internaute jusqu’au data center de Facebook. Sans ces routes, le trajet est impossible, Facebook.com est perdu dans les méandres du Net.

Ironie de l’affaire, le nom de domaine est brièvement apparu « à vendre » dans la soirée chez plusieurs gérants, dont DomainTools et GoDaddy. Domain Tools précise qu’un tiers a tenté de lister Facebook.com à la vente et avoir « par erreur » inclus ce résultat sur son site.

Pub