Medina Baye lance une levée des fonds pour l’écriture de la Fayda Tijania

0
226

La cité religieuse de Médina Baye, dans la commune de Kaolack (centre) a abrité, dimanche soir, le lancement officiel d’une levée de fonds pour la mise en œuvre d’un projet sur l’histoire de la faydatou tidjania (vulgarisation de la voie tidjane).

Selon Ahmeth Boucar Niang, président du comité international chargé de l’écriture de la fayda, cette initiative est mûrie “depuis quelques mois” sous l’égide du khalife général de Médina Baye, Cheikh Mahi Ibrahima Niass. A travers ce projet d’écriture de l’histoire de la fayda, “nous allons traduire la pensée et les écrits de Cheikh Ibrahima Niass dit baye Niass dans toutes les langues, arabe, anglais et français”, a-t-il indiqué à des journalistes, lors de la cérémonie officielle de lancement de cette levée de fonds, en présence de membres de la famille de Baye Niass et de dignitaires de Médina Baye.

 “Ce projet qui sera une encyclopédie” comportera six collections et va retracer la vie et l’œuvre de El Hadji Abdoulaye Niass et celle de El Hadji Ibrahima Niass dit Baye Niass, a expliqué M. Niang.  “Il y aura aussi une collection axée sur le vison de Baye Niass, sur sa poésie, sur sa biographie et sur la vie des +moukhadames+ de Baye Niass”, a ajouté le président du comité international chargé de l’écriture de la fayda. 

“Notre ambition, c’est de divulguer la vie et l’œuvre de Baye Niass qui est la guérison de tous les maux de la société. L’Afrique n’a pas d’autre modèle que le prophète Mouhameth (PSL) qui considère de la même façon l’étranger et le proche. Et cheikh Ibrahima Niass s’est toujours inspiré du prophète Mouhammad (PSL)”, a fait valoir Ahmeth Boucar.  Ahmeth Boucar Niang a invité “les fidèles musulmans, où qu’ils soient, à participer financièrement et intellectuellement à la réalisation dudit projet”, estimant que si le monde arrive à s’inspirer de la pensée de Baye Niass, de ses écrits, de son mode de vie et de “son action salvatrice au service de l’humanité, il pourra régler tous les mots qui l’assaillent de tous les côtés”. 

“Mawlana Cheikh Ibrahima Niass dit Baye Niass (1900-1975) a été un érudit dont l’envergure planétaire et la dimension internationale ne sont plus à démontrer”, a souligné Ahmeth Boucar Niang. Il a vanté “l’exemplarité de l’action de Baye Niass, l’épaisseur de sa science religieuse, le modèle de soufisme qu’il a promu toute sa vie durant et l’énorme écho international à son appel à la voie de la faydatou tidjania”. Le comité international pour l’écriture de la fayda tidjania compte en tout cinquante membres, des universitaires et des religieux