Mamoudou Ibra Kane, Face à la tempête (Par Hady Wane)

0
268

Restez solide. C’est leur nouvelles façons de faire taire les esprits libres. Les tirs groupés. Ce pays est à l’envers mais les républicains et les démocrates se réveilleront et mettront fin au désordre, au mélange de genre, au terrorisme intellectuel.MIK , votre papier a été clair et nette. Les esprits maléfiques transgressent toujours.

Vous avez rendu hommage au Khalif de Serigne Touba. Vous avez magnifié son rôle alors que le pays baignait dans la passion qui tue l’âme. Mieux vous avez élevé la voix pour exprimer votre inquiétude afin que l’entourage Serigne Touba préserve le mythe. Le mythe, auquel vous avez ajouté la sagesse à juste raison doivent être consolidés et le rôle incombe d’abord aux entourages de nos chefs religieux et médiateurs sociaux.

Ils (entourages) doivent à tout prix protéger nos guides religieux de souillures et de la banalisation, c’est leur raison d’être et l’exception Sénégalaise en partie repose sur l’équilibre entre le refus de la banalisation et l’accessibilité de nos chef religieux.MIK, voilà la profondeur de la réflexion que vous avez voulu et la générosité de partager avec vos compatriotes, un jour de vendredi double. Vendredi des Saints pour les chrétiens et jour de prière pour les musulmans.

La minorité brouillante, réactionnaire et extrémiste vous renvoie à votre identité d’origine pulaar, à une supposée solidarité ethnique. Vous avez été un brillant journaliste à Walf, vous étiez sénégalais, un ménager hors pair au GFM, vous étiez considéré comme sénégalais. Tout change d’un coup par ce que vous, avec d’autres de la profession ont décidé de prendre votre destin en main. Votre liberté d’entreprendre dans le secteur de la presse qui devrait être célébrée comme un événement heureux pour tous les démocrates car en fin un groupe de presse monté pas par des hommes d’affaires mais par des journalistes de professions, une ligne éditoriale qui ne sera plus dictée par la direction que peut prendre l’ouverture des plis des marchés publics.

Aujourd’hui vous rappelez le passé trouble de Clédor Séne et de Assane Diouf, vous êtes encore renvoyés à votre identité primaire. MIK, comprenez donc l’expression esprits maléfiques n’est pas de trop. Misérables, ils le sont. Ils considèrent ces deux personnes au passé trouble comme des alliés. Des alliés de circonstance en effet. Demain il fera jour. Ceux qui vous attaquent, sont en fait dans la désespérance et dans la sécheresse intellectuelle. Ils s’accrochent à tout même aux virées sexuelles d’un adepte de massages tonifiants.Mamoudou, laissez passer la tempête. Le temps reste le meilleur juge.#FreeSenegal des mensonges, des manipulations, du terrorisme intellectuel.

Hady Wane