Madina Gounass : Des coupures d’électricité répétitives dans la ville sainte !

0
223
Advertisement

Depuis quelques jours, la ville sainte de Madina Gounass vit un calvaire. De jour comme de nuit, elle est privée d’électricité quatre fois sur les quatre heures. Que regarde la Senelec face à cette situation ? Pendant le Daakaa, ils disent que la demande de l’électricité est supérieure à l’offre. Pendant l’été, ils disent que la chaleur est très forte. En ce moment, nous sommes dans la saison des pluies et les coupures sont plus que récurrentes, pourtant il y a moins de chaleur. A quoi joue la Senelec ?

En ce jour du 06 septembre, la ville s’est réveillée par des coupures d’électricité répétitive. La situation est insoutenable et la population ne peut plus vivre comme cela tous les jours. Ici, les coupures d’électricité exaspèrent les habitants de la cité religieuse fondée par Thierno El Hadji Mouhamadou Saïdou Ba (Rta) en 1936. Nous en avons marre, vraiment marre. Nous vivons avec ce problème depuis plus d’une vingtaine de jours.

Publicité

Nous interpellons les autorités compétentes afin que ces coupures s’arrêtent et qu’on revienne à la situation normale. Madina Gounass est une grande ville avec une démographie galopante sans parler de son caractère religieux.

Les coupures d’électricité ont des conséquences graves. Les postes de santé, les tailleurs, les menuisiers, les soudeurs, la mairie, locaux de Daakaafm et DaakaTv, tous utilisent l’électricité.  Actuellement, ils n’arrivent pas à travailler correctement. Le danger est aussi sur les matériels car ces coupures peuvent les détruire facilement. Donc, cette situation empêche les gens de travailler normalement.

Comment qualifie-t-on ces coupures ? Sérieusement, nous vivons un vvrai calvaire. La Senelec est interpellée…

Aussi, la population est privée de l’information dont elle a le droit. Elle n’écoute pas la radio, ne regarde pas la télé, ne surfe pas sur l’Internet parce qu’il n’y a pas d’électricité.

Nous en avons marre…

Nous en avons marre…

Nous en avons marre…

Se taire quand notre quotidien est touché est un complot.

El Hadji Abou NDIAYE et Aliou KOUME

Pub