Macky Sall : “Je m’engage à concentrer 2 milliards sur la lutte contre le VIH”

0
148
Advertisement

C’est le Centre International de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio qui a accueilli ce 02 novembre la cérémonie de clôture du sommet régional sur le VIH/SIDA en Afrique de l’Ouest et du Centre. Un sommet organisé par ONUSIDA et présidé par le chef de l’État, Macky Sall. 

Ce sommet qui a réuni plus de 26 pays et pas moins de trois chefs d’État, entre dans le cadre d’un partage entre décideurs et société civile pour réinventer une réponse au VIH qui ne laisse personne de côté dans le contexte de la Covid-19 et des pandémies émergentes. Il a été abordé lors de ce sommet des sujets tels que l’initiative Éducation Plus, le sida pédiatrique, l’impact de la pandémie Covid-19 sur la réponse au VIH, et le financement durable de la réponse au VIH.

« C’est un défi qui nécessite un engagement de tous les jours, le sida fait des millions de morts et nous devons nous mobiliser pour riposter contre la double pandémie du VIH et de la Covid-19 »

Publicité

Nous devons combattre les pathologies telles que le paludisme, mais cela sans oublier le VIH qui reste d’actualité et qui continue de faire des ravages. 
« Les 25 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre comptent 4,7 millions de personnes vivant avec le VIH soit un taux de 12% dans le monde avec 22% de décès liés au VIH. Et dans une perspective d’implication de l’État à travers une aide financière, nous nous engageons à décaisser une enveloppe de 2 milliards pour soutenir la lutte contre le VIH/SIDA », a déclaré le chef de l’État Macky Sall avant de poursuivre « le défi majeur est à ce jour de rendre pérennes ces perspectives et cet engagement dans la mobilisation de ressources pour l’éradication du VIH. Je continue à faire le plaidoyer dans les pays développés pour un apport en terme de financement dans la lutte contre le VIH/SIDA.

La prise en charge pédiatrique est l’une des premières thématiques traitée lors de ce sommet régional. 
C’est la militante burkinabé Christine Kafando qui a soulevé la question de la prise en charge et de l’implication communautaire. Cette première femme à avoir rendu publique sa séropositivité, a déclaré lors de son discours : « nous sommes convaincu qu’après ce sommet, les personnes vivant avec le VIH ne seront plus oubliées ». 

Lors de son allocution, le directeur exécutif de l’OSC pour le VIH Daouda Diouf est revenu sur les défaillances du système sanitaire qui pour la plupart sont révélées pendant les pandémies.

« Chaque semaine plus de 100 jeunes adolescents et femmes sont infectés par le virus en Afrique et ceci incombe à une mauvaise gestion du financement »,  déclarera le Dr Safiatou Thiam, directrice exécutive de CNLS Sénégal. 

C’est l’occasion pour le sieur Diouf de formuler des demandes au chef de l’État dans le financement d’un pôle santé qui permettra de renforcer les capacités du pays dans la lutte contre le VIH/SIDA. 

Le Luxembourg dans son action de coopération, a toujours été impliqué dans les questions liées à la résilience des sytèmes de Santé. Dans la même mouvance d’apport d’aide, il est annoncé lors de cette cérémonie que le fonds mondial va accompagner les pays les plus touchés en Afrique de l’Ouest et du Centre dans cette lutte en subventionnant les pays et en les dotant d’un accompagnement d’un personnel composé de professionnels et d’experts…

Pub