“Macky Sall a ouvert la phase contentieuse post-électorale avant l’heure”, selon Taxaw Temm

0
228

Sur l’actualité politique, Taxaw Temm a estimé que la situation actuelle est la continuation du forcing illustré par : 

– le référendum tronqué de Mars 2016, les législatives chaotiques de 2017 
ainsi que les entorses volontaires et programmées, depuis l’Acte III de la 
Décentralisation de 2013 ; 

– une série de transgressions sur le code électoral consensuel de 1992, 

– un fichier électoral concocté dès le départ pour la réélection de candidat 
Macky Sall, 

– la loi scélérate du parrainage pour écarter des adversaires politiques et se 
choisir ses propres concurrents. 

En utilisant le Conseil Constitutionnel, ravalé à la fonction de boîte à lettres, 
chambre d’enregistrement de doléances et des récriminations et d’entérinement des 
pièges et forfaitures du pouvoir en place, Macky SALL a ouvert la phase 
contentieuse post-électorale avant l’heure. 

Il va donc sans dire, que notre pays demeure plus que jamais exposé aux risques 
de troubles et de chaos post-électoraux inévitables, si rien n’est fait pour rétablir les 
choses à l’endroit. 

Il apparaît clair qu’avec une crise sociale profonde, des tensions politiques 
exacerbées, les enjeux autour du pétrole, du gaz, du zircon, etc., le Sénégal est 
assis sur des braises avec une « cocotte minute » en ébullition, un cocktail explosif 
qui peut générer une déflagration générale, difficilement maîtrisable avec des dégâts 
énormes. 

L’opposition devra œuvrer avec fermeté et intelligence pour conduire la 3e 
alternance qui doit se muer en alternative sociale, politique et économique pour un 
Sénégal libre, respecté et développé. 

Facebook Comments