L’Université Souleymane Niang de Matam invitée à élargir son offre académique aux sortants des « daaras »

302
Advertisement

Des érudits toucouleurs en sciences islamiques réunis au sein d’une structure dénommée « Collectif des Sandaaji Fouta » souhaitent la diversification et l’élargissement de l’offre académique attendue de l’Université Souleymane Niang de Matam. Ils comptent profiter du Congrès du Fouta sur l’éducation et la formation prévu le samedi 28 mai prochain, à Thilogne, pour porter le plaidoyer.

Les Sandaaji du Fouta (érudits en sciences islamiques) se sont réunis, hier, à Thilogne, pour échanger sur l’offre académique de la future Université Souleymane Niang de Matam en cours de construction. Comme l’a souligné le Directeur du Centre de recherches sur le patrimoine intellectuel africain « Baajoordo », Mamadou Youri Sall, par ailleurs enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb), ces érudits du Fouta veulent que l’offre académique que va proposer cette institution d’enseignement supérieur soit élargie à toutes les sensibilités sociales de la contrée. Ils ne cessent de porter à chaque occasion le plaidoyer. Tel sera encore le cas lors du congrès du Fouta sur l’éducation et la formation.

Publicité

L’événement est prévu le 28 mai prochain à Thilogne. « L’objectif est d’offrir aussi aux élèves des écoles coraniques, c’est-à-dire les « daaras », de pouvoir accéder à l’université et de poursuivre leurs études supérieures à l’instar de ceux qui viendront du système formel », a indiqué Mamadou Youri Sall. Selon le Directeur du Centre de recherches sur le patrimoine intellectuel africain « Baajoordo », si l’université est ouverte à tout le monde, les étudiants des « daaras » n’auront plus besoin de quitter le pays pour poursuivre des études supérieures ailleurs. C’est pourquoi il propose qu’on discute du contenu et de l’offre académique dans le but de permettre à ces derniers de faire leur cursus scolaire ici au Sénégal. Mamadou Youri Sall de souligner la nécessité d’améliorer le contenu des enseignements dans les « daaras ». « Moi je suis un enfant issu du « daara » et j’ai été obligé de passer par plusieurs chemins pour pouvoir intégrer l’enseignement », a-t-il indiqué.

Mamadou Youri Salla de rappeler que le congrès du Fouta pour l’éducation et la formation reste un événement majeur dans cette partie nord du pays. Il regroupe, à chaque occasion, l’ensemble des dignitaires et érudits de la zone ainsi que les acteurs de tous bords. Le thème de cette nouvelle édition porte sur « Les enjeux éducatifs du Fouta », a laissé entendre M. Sall.
À l’issue de l’événement, des recommandations seront formulées et présentées au Gouvernement, a déclaré le Directeur du Centre de recherches « Baajoordo ».

Le Soleil

Pub