Ligue des Champions – Le PSG finit frustré

0
156
Advertisement

LIGUE DES CHAMPIONS – Ce fut une nouvelle fois un match qui ressemble énormément à cette équipe parisenne. Jamais serein, le Paris Saint-Germain est passé proche de la correctionnelle, puis a mené 2-1 avant de se faire rattraper sur un penalty concédé par Presnel Kimpembe dans les arrêts de jeu (2-2). C’est un coup d’arrêt pour Paris qui voit City lui passer devant.

Le PSG laisse la tête du groupe A à Manchester City. Devant à la mi-temps grâce à leur talent individuel et au doublé de Georginio Wijnaldum (21e, 39e) malgré une prestation collective ratée (2-1), les Parisiens n’ont pas su faire le break en deuxième période malgré de nombreuses situations. Ils ont concédé l’égalisation dans les dernières minutes sur un penalty conséquent à une faute évitable de Presnel Kimpembe (2-2). Les Parisiens iront à Manchester dans trois semaines avec un point de retard.

Publicité

Gianluigi Donnarumma ne peut pas tout faire. Le gardien italien a maintenu Paris à flot en sortant le penalty d’André Silva à la 11e minute alors que Leipzig menait déjà 1-0 grâce au but de Christopher Nkunku (8e). Dans le temps additionnel, il est encore parti du bon côté sur la tentative de Dominik Szoboszlai, conséquente à une nouvelle longue phase de domination des locaux. La frappe de l’attaquant hongrois ne lui a laissé aucune chance, coûtant deux précieux points aux Parisiens (2-2).

UNE PREMIÈRE PÉRIODE ILLISIBLE

Entre les deux, Paris n’a pas maîtrisé le match. Sans Marco Verratti et Lionel Messi, Mauricio Pochettino a décidé d’aligner une composition hybride ressemblant à un 4-3-3 dans laquelle Danilo Pereira reculait fréquemment pour créer un 3-4-3. Le plan n’a pas fonctionné car le milieu parisien a montré trop de limites dans la conservation du ballon face au pressing adverse, permettant à Leipzig de multiplier les récupérations hautes de la balle. Heureusement pour les Parisiens, ni Laimer (14e), ni Nkunku (18e) n’ont su faire le break, et Marquinhos a coupé de nombreuses offensives adverses dans un début de match à sens unique.

Pub