Les révélations d’ Abdou Diouf, ” C’est Paul Biya qui m’a supplié d’accueillir Habré au Sénégal”

0
399
Advertisement

L’ancien président tchadien Hissène Habré décédé, mardi, à l’âge de 79 ans, à l’hôpital Principal de Dakar, a été inhumé ce jeudi au cimetière musulman de Yoff. L’ancien président du Tchad de 1982 à 1990 est décédé des suites du Covid-19, au Sénégal où il avait été condamné en 2016 à la prison à vie pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de torture. Retour sur les véritables raisons de son accueil au Sénégal il a séjourné pendant plus de 30 ans. 

Dans ses Mémoires (Seuil, 2014), l’ancien président sénégalais Abdou Diouf (1980-2000) raconte le jour de cette arrivée. Tout commence par un coup de fil du président camerounais Paul Biya, un soir vers 23 heures, pour l’informer de l’arrivée prochaine de Habré et de l’impossibilité de le garder au Cameroun, en raison de la proximité avec le Tchad. [i «Le problème était d’autant plus prégnant qu’aucun des présidents africains contactés ne voulait accueillir Habré, écrit Diouf. C’est à la suite de tous ces refus que Biya avait pris contact avec moi, pour me demander d’accorder l’asile politique à ce dernier. Je lui donnai mon accord et lui demandai de me préciser la date de l’arrivée d’Habré (…). Biya me répondit qu’[il] serait à Dakar le lendemain à 6 heures du matin.»] «A nos yeux, ajoute l’ancien chef de l’Etat, asile politique devait rimer avec discrétion, ce qui excluait toute immixtion dans la vie politique du Tchad.»

Publicité

En clair, le Sénégal se portait garant auprès du successeur d’Hissène Habré à N’Djamena que l’ancien rebelle ne soutiendrait pas l’un de ces nombreux mouvements armés qui déstabilisent périodiquement le Tchad. Il semblerait qu’il ait tenu parole.

Pub