Les inondations se conjuguent au passé à Yoff, Dalifort, Parcelles Assainies et Ouest Foire

0
217
Advertisement

Les dernières pluies qui se sont abattues à Dakar ont plongé des habitants de la banlieue dans le désarroi à cause des inondations. Mais à Dakar, il y a des zones qui ne sont plus sous l’emprise des eaux grâce aux infrastructures de drainage des eaux pluviales. Yoff et Ouest Foire en font partie.

La circulation est fluide au grand rond-point de la commune de Yoff, ce samedi 28 août 2021. Toutes les voies sont dégagées. Aucun embouteillage. Le jardin aménagé à côté est un peu animé. Des enfants jouent sur les toboggans. À quelques pas de là, le centre de santé Philippe Maguilen Senghor. De petits commerces sont développés aux alentours. En face de la porte centrale, se trouve le garage des taxis. Youssou Diène est le chef. Il enregistre, sur une feuille blanche, l’ordre d’arrivée des taxis, tout en hélant les clients qui sortent du centre de santé. La quarantaine consommée, Grand You, comme l’appellent ses collègues chauffeur, tient les rênes de ce garage depuis 15 ans. Selon lui, contrairement aux années précédentes, ils n’ont pas été « malmenés » par les eaux de pluies cette saison. « Vous pouvez le constater par vous-même. La situation s’est bien améliorée », souligne-t-il pour dire qu’ils n’ont pas été sous l’emprise des eaux de pluie. « Quand il y avait de fortes pluies, tout ce périmètre-là était inondé. L’eau entrait même dans le centre de santé. On souffrait beaucoup des désagréments des eaux de pluie. Mais Dieu merci, cette année, on n’a pas connu ce calvaire. Je pense que la construction de ce pont et les travaux d’assainissement qui ont été réalisés par l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) y sont pour quelque chose », ajoute Youssou Diène, avant de retourner à son travail.

Publicité

À l’intérieur de l’hôpital, est érigé un espace pour la vaccination contre le Covid-19. Les deux dames qui s’en chargent accueillent ceux qui viennent prendre leur dose. Ce n’est pas le rush. Les gens viennent au compte-goutte. Les autres services du centre de santé fonctionnent. Il est difficile d’avoir un interlocuteur. C’est finalement un agent, sous le couvert de l’anonymat, qui renseigne que lors des dernières pluies, les eaux avaient envahi quelques bureaux. Toutefois, il précise que ce n’était pas comme les années précédentes où les inondations faisaient arrêter le travail.

Ses propos sont confirmés par Mamadou Mbengue, Secrétaire municipal par intérim et Directeur de cabinet du maire de Yoff, trouvé dans son bureau en train de ranger des documents. À son avis, la situation s’est bien améliorée, comparativement aux années passées. « C’est vrai que l’hivernage n’est pas encore terminé et l’on ne sait pas ce que le ciel nous réserve mais, on rend grâce à Dieu. Nous n’avons pas connu d’inondation cette année », renseigne-t-il. Poursuivant, il donne, en exemple, le centre de santé Philippe Senghor pour étayer ses propos. Ce centre était, chaque année, sous les eaux mais, relève-t-il, pour s’en réjouir : « cette année, Dieu nous en a sauvé. Il n’a pas connu de désagréments liés aux inondations », a expliqué le Directeur de cabinet du maire. Il rassure que même le quartier de Tonghor, qui a toujours fait les frais des inondations, est, cette saison, épargné. « Il y a seulement trois maisons qui ont été inondées, lors des dernières pluies et, l’eau a été vite évacuée », renseigne-t-il.

À quelques encablures de la mairie de Yoff, Sokhna Khady Ndiaye tient sa gargote. Elle est assaillie par des acheteurs venus prendre leur petit-déjeuner. Aidée par fille, une demoiselle à la taille longiligne, elle gère la situation et règle les commandes de ses clients. Elle se souvient encore des périodes où les inondations les empêchaient de dormir. Elle se remémore de cette année où ils ont failli abandonner leur maison à cause des eaux. « Il y avait de l’eau partout dans la maison. Nos matériels étaient endommagés », rappelle-t-elle, avant de faire savoir que cette situation est aujourd’hui derrière. « Il a plu tout à l’heure mais vous avez vu que je suis en train de vendre. Auparavant, ce n’était pas possible. L’eau stagnait ici et nous empêchait de travailler. Mais maintenant, elle s’écoule. Vraiment, les travaux d’assainissement qui ont été réalisés dans la zone nous ont soulagé », magnifie-t-elle en continuant de vendre ses clients. Après le rondpoint Yoff, cap au quartier Yoff-Layène.

Pas de dégâts à Yoff, après la pluie

L’endroit n’est pas trop animé. Des enfants jouent au football sur un espace jouxtant la mosquée en construction. Ici, la situation a également bien changé. C’est ce qu’a dit le chef de quartier Libasse Diop, trouvé dans sa maison. Cela est dû au réseau d’assainissement d’eau pluviale qui a été construit.  « Cette année, vous n’avez pas entendu les médias dire que la maison du khalife des Layène a été inondée. C’est parce que des mesures ont été prises dans le village de Yoff pour lutter contre les inondations. Nous travaillons en étroite collaboration avec l’Onas, surtout avec l’actuel Directeur général qui, avant l’hivernage, nous a envoyé un hydrocureur pour le curage du réseau. La mairie nous a aussi dotés de matériels pour désensabler les regards. Sincèrement, depuis 3 ans, voire quatre ans, nous sommes libérés des inondations. Une grande motopompe était, chaque hivernage, installée chez le Khalife, mais cette année, elle n’y est pas parce qu’il n’y a pas d’eau », dit-il. À l’en croire, ils organisent constamment d’opérations de sensibilisation afin d’inviter les habitants du quartier à ne pas jeter, dans la canalisation, des objets qui peuvent s’obstruer.

À l’instar des autres zones visitées, Ouest-Foire respire. Les problèmes des inondations ne sont pas d’actualité. Pas de dégâts causés par les eaux de pluie. El Hadji Bakary Guèye est le chef de quartier de la Cité Air Afrique 1 et environs, sis à Ouest Foire depuis 2006. « Je n’ai pas vu d’inondations ici depuis quelques années », martèle-t-il d’emblée. Selon lui, depuis que les infrastructures de drainage des eaux de pluies ont été effectuées, son quartier n’a jamais fait face à des inondations.  En renseignant qu’il y a, au moins, 50 quartiers à Ouest, il a indiqué que lors des dernières pluies qui se sont abattues à Dakar, il a appelé trois chefs de quartier de la zone pour s’enquérir de la situation. « Ils m’ont tous signifié qu’il n’y avait aucune inondation. C’est pourquoi, parfois, nous sommes étonnés d’entendre les gens dire que Ouest Foire est sous les eaux. Il faut qu’ils sachent que Ouest-Foire n’est pas un quartier, c’est une zone », précise-t-il. Gérant de cosmétique à « Koniou Nak Bi », Pape reconnaît qu’il y a des efforts qui ont été faits pour lutter contre les inondations dans leur zone mais il signale qu’il y a toujours des quartiers où l’eau stagne après la pluie. Il demande que des solutions soient apportées, pour le bonheur des populations.

Avev Le Soleil

Pub