Le nouveau sc@nd@le d’une fille qui affole la toile

0
394

Certaines filles sont vraiment bêtes. Il faut le dire et l’assumer. C’est le cas de Aïssatou Watt. Pour un IPhone 11, un séjour en France et 50.000 francs, elle a accepté d’envoyer ses photos obscènes à une personne qu’elle a connu sur facebook. Conséquence : cette dernière a commencé faire du chantage. Le bonhomme exigeait d’elle des faveurs sexuelles si elle ne voulait pas retrouver ses photos nues dans le net. Heureusement, quand elle a porté plainte, Alassane Tall et Madany Sy ont été pris et condamnés hier à 3 mois de prison assortis du sursis.

Vu la stratégie mise en place par Alassane Tall et Madany Sy dans le but d’obtenir les vidéos obscènes de Aïssata Watt, on peut s’apercevoir qu’Alassane Tall et Madany Sy sont de véritables monstres. D’après les faits, Aïssata Watt avait noué une relation amoureuse avec le nommé Amadou Barry qu’elle a connu sur le réseau social Facebook. Le sieur Barry lui a fait croire qu’il vivait en France. Et pour mieux la ferrer, il communiquait avec elle avec un numéro qui comportait l’indicatif français. Ce faisant, ils échangeaient sur WatsApp et la confiance s’installait. Barry a alors commencé à lui réclamer des vidéos où elle était nue en échange d’un téléphone portable de marque IPhone 11, un séjour en France et la somme de 50.000 francs. Obnubilée par le matériel que lui a fait miroiter Amadou Barry, Aïssata Watt accepte et s’exécute.

Le chantage commence

Après qu’elle lui a balancé ses images obscènes, Barry était devenu injoignable. Pire encore, elle a été contactée par un certain Alassane Tall qui lui confie qu’il détenait ses images pornographiques. Et de là, ont commencé les nuits sombres de la victime, car ce dernier la faisait chanter. Et pour lui prouver qu’il ne jouait pas, il lui a balancé les captures de ces images. Par ailleurs, Alassane Tall lui demandait des faveurs sexuelles sous peine de les publier sur le net. La victime, fatiguée d’être perpétuellement sous la menace, a saisi d’une plainte le commissariat de la Médina afin de se défaire de ses griffes. Et les agents interpellateurs ont réussi à mettre la main sur Alassane Tall et Madany Sy.

Le procureur requiert 2 ans dont 3 mois ferme

Attraits hier devant le juge des flagrants délits de Dakar, ils ont nié les faits. Madany Sy sur qui pèse aussi le délit de complicité de collecte a expliqué au tribunal qu’il était l’auteur des messages de chantage parce que, dit-il, comme Alassane Tall était analphabète, il les écrivait pour lui. «Je regrette profondément ce qui s’est passé. J’étais uniquement chargé de rédiger les messages pour mon ami qui ne comprend pas le français», a-t-il indiqué. Alassane Tall, sur sa participation aux faits, dira : «c’est mon ami Amadou Barry qui m’a envoyé le numéro et les vidéos obscènes de Aïssata Watt». Mais ces dénégations ne vont pas le tirer d’affaire, car l’enquête a révélé que c’est lui-même Alassane Tall qui se faisait passer pour Amadou Barry. Soulignant que le délit d’association de malfaiteurs est établi tant dans la matérialité que dans l’imputabilité, le substitut du procureur a requis 2 ans d’emprisonnement dont 3 mois ferme, après la requalification des faits de collecte en détention et stockage de données à caractère personnel.

Ils sont condamnés à 3 mois avec suris

Plaidant pour la cause des prévenus, Me Aboubacry Barro a sollicité le tribunal de leur tendre la perche. «Elle a été cupide. C’était pour obtenir un séjour en France et s’acheter un IPhone qu’elle avait voulu sortir avec l’un deux. C’est dommage, nous sommes dans un pays pourri. Le fait d’être jugé devant sa famille et ses semblables est une lourde sanction», a expliqué la robe noire. Malheureusement, le juge après qu’il les a relaxés pour les faits d’association de malfaiteurs et la requalification du délit de collecte, les a condamnés à 3 mois de prison assortis du sursis.

Fatou D. DIONE
LES ECHOS