L’arène nationale : la polémique sur les 32 milliards de la Chine

0
488

L’Arène Nationale est un don de la Chine et non un projet financé par l’État sénégalais.

Officiellement l’Arène Nationale est un projet de l’État coûtant 32 Milliards.

Construite par les chinois, il est dit et écrit que c’est plutôt une « Aide de la Chine » voire un Don de 8 Milliards plus précisément.

Les interrogations sont les suivantes:

1– Pourquoi le gouvernement veut nous faire croire que c’est un projet de l’Etat? Alors qu’il est clair que non c’est une Aide de la Chine

2– Où sont passés les 32 Milliards supposés être investis pour ce projet d’Arène Nationale?

3– Qu’est-ce que le président Macky Sall a dû céder en échange au président Chinois pour avoir cette Arène Nationale?

4– Pourquoi cette Lâcheté de nos gouvernants à toujours Mentir au Peuple?

Tahirou Sarr
Consultant Politique

L’information aura fait le tour de la toile et pour cause, beaucoup de médias sénégalais, ont annoncé que l’arène nationale sénégalaise a été financée à hauteur de 38 milliards de Fcfa par l’Etat du Sénégal. Qu’en est-il réellement ? Qu’elle a été la position du gouvernement depuis l’annonce de ce projet ?

Le 07 avril 2016, le président de la République Macky Sall procédait à la pose de la première pierre de l’arène nationale sénégalaise. Cette infrastructure, prévue à Pikine-Nord, dans la banlieue dakaroise, « aura une capacité de 22.000 places pour un coût de 32 milliards de FCFA (48 millions d’euros) dont 26 milliards FCFA (39 millions d’euros) accordés par la Chine sous forme de prêts sans intérêts et de subvention », soulignait-il.

L’arène nationale est le premier volet d’une série d’infrastructures prévues par le gouvernement sénégalais, dont un Palais des sports qui sera érigé à Diamniadio. La réalisation de cette dernière infrastructure a été confiée à une entreprise turque.

Les clefs remises, hier dimanche 22 juillet 2018, des rumeurs faisant croire que l’Etat du Sénégal a menti sur la véritable provenance de ces financements naissaient. Pis, le montant de l’infrastructure était revue à la baisse. On évoquait la somme de 8 milliards de Fcfa.

Sur son compte Twitter par ailleurs, le chargé de la Communication de la Présidence de la République, El Hadji Hamidou Kassé, reprécise que « personne n’a jamais dit que c’est l’Etat du Sénégal qui a financé l’arène. D’un coût de 32 milliards de nos francs, l’arène nationale est un DON de la République populaire de Chine ».

Avec l’approche de l’élection présidentielle, il ne sera pas rare que de voir des informations de ce type venant de part et d’autre, du régime en place comme de l’opposition. Sous ce rapport, il vous est conseillé de traiter les informations reçues avec beaucoup de recul pour ne pas altérer votre jugement une fois le moment de voter venu.

Le président sénégalais, Macky Sall, et son homologue chinois, Xi Jinping, ont inauguré à Dakar une arène nationale de lutte financée par la Chine.

La première arène dédiée à ce sport très populaire au Sénégal, située dans la ville de Pikine, près de Dakar, a été inaugurée dimanche, second jour de la visite du dirigeant chinois dans la capitale sénégalaise.

Xi Jinping, en visite d’Etat au Sénégal, a symboliquement remis dimanche matin à Macky Sall les clefs de l’arène nationale de lutte de Pikine, lors d’une cérémonie marquée par une chorégraphie de lutteurs.

La nouvelle arène, construite en 28 mois par des entreprises chinoises, est financée par la Chine pour un montant de 32 milliards de francs CFA, environ 48,7 millions d’euros. Elle a une capacité de plus de 20.000 places.

« L’arène nationale vient combler un vide dont souffrait la lutte », a déclaré le ministre sénégalais des Sports, Matar Bâ, cité par l’Agence France-Presse.

L’ouvrage peut accueillir d’autres disciplines sportives comme la boxe et les arts martiaux, mais aussi des activités socio-éducatives, comme des concerts, selon M. Bâ.

L’arène nationale était une vieille doléance des professionnels de la lutte au Sénégal, qui organisaient leurs compétitions dans des stades de football.

Les combats de lutte avec frappe au Sénégal, souvent retransmis en direct à la télévision, mobilisent des milliers de spectateurs et de nombreux sponsors.

Ces derniers contribuent à la prise en charge des frais d’organisation et au paiement aux lutteurs de cachets atteignant parfois plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Facebook Comments