L’Afrique, notamment son unité, est sacrifiée par certains de ses dirigeants (Mandiaye Gaye)

0
50
Advertisement

L’Afrique, actuellement morcelée en micros États dont la plupart sont si pauvres qu’ils ne peuvent subvenir à leurs propres besoins. Et en plus certains États sont sous la direction de dirigeants non seulement incompétents et corrompus, mais aussi dépourvus du minimum de patriotisme. Tout cela fait que l’Afrique est ainsi devenue aujourd’hui un réceptacle idéal pour les malfaiteurs de tout acabit. En conséquence, tous les bandits de grand chemin peuvent non seulement entrer sans difficultés en Afrique, mais y mener aussi tranquillement leurs activités criminelles.

L’Afrique, marquée par ses insuffisances et de lacunes diverses, devient vulnérable et perméable sur tous les plans face à ses ennemis. Et cet état de fait la rend ainsi fragile et l’expose à tous les risques. Ce qui fait qu’elle est toujours agressée de toutes parts par des malfaiteurs sans qu’elle ne soit capable ou en mesure de se défendre par elle-même. Ainsi, les ennemis de l’Afrique et adversaires internes de son unité organique font tout leur possible pour empêcher la réunification du continent. Alors que cette unité de l’Afrique est la voie royale pour elle d’atteindre l’objectif tant souhaité par ses peuples divisés. Au demeurant, l’unité retrouvée de l’Afrique est le gage de sa sécurité, son émergence et développement autonome futur.

Mais, malheureusement, les ennemis extérieurs de l’unité de l’Afrique, de connivence avec certains dirigeants, traitres, sont opposés à cette unité. Il s’agit de leurs suppôts, à l’intérieur du continent, qui s’opposent sournoisement à la réalisation de l’unité effective de l’Afrique. Alors que cependant, l’unité de l’Afrique est le plus grand dessein des peuples d’Afrique dispersés. En effet, les dirigeants égoïstes antiunitaires de l’Afrique, avec leurs tergiversations et dilatoires sur la forme de l’unité et les modalités, ont réussi momentanément à retarder l’avènement de l’unité effective de l’Afrique.

Publicité

Oui, quelques dirigeants africains hypocrites dissimulent à leurs populations leur véritable dessein personnel qui n’est rien d’autre que la conservation de leur trône actuel autrement dit, leurs privilèges. À cet effet, ces dirigeants s’abstiennent hypocritement de dévoiler aux populations tous les avantages et bienfaits attachés à l’unité et qu’elle leur procure. Certes, les antiunitaires ont momentanément réussi à freiner ou ralentir la dynamique unitaire, parce que la plupart des États africains sont encore et toujours sous la direction effective de dirigeants non favorables à l’unité africaine. Et, ces dirigeants antiunitaires ne sont autres que ceux qui s’enrichissent illicitement par la corruption au détriment de leurs peuples plutôt que d’œuvrer inlassablement pour la réunification de l’Afrique.

Il faut souligner que certains chefs d’État d’Afrique préfèrent trôner inamovibles à la tête de leur microétat plutôt que de se mobiliser et battre pour la matérialisation de l’idéal de l’unité effective de l’Afrique. Autrement dit, pour la réunification de l’Afrique dans un grand ensemble continental homogène, viable et fort dans lequel les différents peuples africains seraient des citoyens à part entière avec le bonheur. Mais, malheureusement, certains dirigeants poussés par leurs intérêts cupides à se cramponner comme des tiques à leur Micro-état et strapontin de pouvoir. Et à cet effet, sans état d’âme, ces derniers sacrifient les intérêts des peuples d’Afrique contre les leurs. De tels dirigeants n’adhèrent naturellement, à l’unité africaine que de façade, en dissimulant hypocritement leur opposition foncière à la réunification de l’Afrique. Ces derniers n’envisagent ni n’entreprennent aucune action concrète, sérieuse et honnête en direction des autres et dans le sens de réaliser l’unité africaine, de défendre et sauvegarder les intérêts supérieurs de l’Afrique continentale. La preuve, ces dirigeants-là ne combattent jamais concrètement et résolument les ennemis de l’Afrique. Et non plus ils ne s’opposent pas aux grandes puissances et multinationales qui exploitent et pillent les ressources naturelles de l’Afrique. Et, c’est la même attitude que ces derniers observent à l’endroit des trafiquants et malfaiteurs de tous bords qui assaillent l’Afrique.
Alors l’on constate, au regard de la posture de tels dirigeants qu’ils ne se préoccupent qu’à la consolidation de leur situation économique et sociale présente au pouvoir. Par conséquent, ils ne sont nullement disposés à faire bloc et s’associer avec les autres pour débarrasser l’Afrique de tous ces malfaiteurs qui y mènent des activités nuisibles, sèment des troubles et la terreur. Et en raison de la pauvreté endémique qui y sévit fortement, certains dirigeants en profitent et tendent à la liquidation et la dévaluation de nos valeurs morales intrinsèques. Et, ils n’hésitent même pas à s’impliquer, dans des scandales de corruption, rien que pour s’enrichir et cela aux yeux des populations si démunies.
Ces dirigeants-là confinent ou emprisonnent leurs populations dans une pauvreté insoutenable à la place de satisfaire leurs besoins essentiels, comme leur devoir, les y oblige. C’est ainsi que les populations, contraintes dans leur état de pauvreté, sont fragilisées, dépendantes et deviennent finalement otages de leurs dirigeants. Cette situation de dépendance des populations permet aux dirigeants en place de s’éterniser au pouvoir.
Ainsi, dans une large mesure, la plupart des dirigeants africains admettent tacitement la présence de la drogue dans leurs pays. Et certains dirigeants, au-delà de s’enrichir par la drogue, aussi observent sans rien faire, une partie de leurs populations, notamment la jeunesse s’adonner à la consommer de la drogue pour s’abrutir. C’est ainsi qu’ils élimineront à petit feu, cette partie de la population des activités saines, productives et de toute activité sociale utile.
Mandiaye Gaye

Pub