La letttre de Aliou Koumé à Feu Thierno Abdoul Aziz Ba (RTA)

0
264

J’ai un nom gravé dans ma tête, ma mémoire et mon cœur. C’est un nom pur, magnifique et cher. Un nom significatif que j’estime beaucoup et qui est un exemplaire pour moi.

            Ce nom, c’est vous, Thierno Abdoul Aziz Ba (Rta). Les personnes que nous aimons, qui nous sont chers et que nous avons perdus ne sont plus là où ils étaient, mais ils sont toujours et partout où nous sommes. Vous resterez toujours parmi nous et on vous sentira toujours à nos côtés. Un homme de principes, sincère, pragmatique et d’une grande personnalité qui, durant toute sa vie, était au service de l’islam, de la tidianiya, du dental et de tous les musulmans.

Sur la terre, nous avions des projets à réaliser mais la mort vous a arraché. Au ciel, votre corps est loin mais votre âme est si près. Mes yeux fermés, je garderai toujours votre image. Je me souviens, une nuit où nous parlions, en compagnie de Siradji Talla, de l’œuvre de notre vénéré Thierno El Hadji Mohamadou Saïdou Ba (Rta), notamment sur la ville de Médina Gounass. Cultivé, vous êtes revenu sur l’évolution des conditions de vie des gens et leurs mentalités. On était ébahi car c’était comme si nous avions en face de nous une personne qui a fait les grandes universités tels que UCAD, université d’Oxford, université de Harvard, entre autres, mais une personne qui a fait l’Université de Médina Gounass et de Fass Gounass et qui avec son intelligence est au diapason, cultivé et extraordinaire; et que c’était Thierno Abdoul Aziz Thierno. Cette nuit demeurera à jamais dans mes souvenirs.

Même si vous n’êtes plus dans ce monde, vous restera à jamais un partenaire et que vous souhaits seront réalisés, avec l’aide d’Allah, l’Omniprésent.

Il m’est difficile de parler de vos qualités et valeurs exceptionnelles mais avec le peu de temps que je vous ai connu, j’ai appris beaucoup de choses sur vous.

Un grand penseur disait : “Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie. C’est la vie qu’il y a eu dans les années”. Et vous, vous aviez une vie pleine de baraka: naître la même année de la première retraite spirituelle vers Allah, le Tout-Puissant et rendre l’âme dans la ville où le Prophète Mohamed (que la paix et la bénédiction qu’Allah soient sur lui) a vu le jour, en accomplissant le Hajj.

Vous étiez un homme humble, modeste, courtois, un grand diplomate au vrai sens du terme. Patriote, visionnaire, missionnaire, homme intelligent et multidimensionnel, autant de qualificatifs nous renvoient à votre personne. Vous étiez le général et le capitaine du dental Médina Gounass. Ainsi, vous  êtes et vous resterez toujours un exemple surtout pour nous, les jeunes.

Pendant le Daaka, le Hajj et autres activités du dental, mes pensées tourneront sûrement vers vous. Au paradis, il n’y a pas de téléphone mais qui veut communiquer avec vous, s’il fixe ses yeux sur votre œuvre, il vous entendra car ça nous dit beaucoup de choses. Les morts ne sont morts que lorsque les vivants les ont oublié. On oublie que ceux qui sont venus au monde pour se rassasier et. Mais vous, vous ne serez jamais oublié car  vous avez servi Allah, le Voyant, le Prophète Mohamed (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui), Cheikh Ahmed Tidiane Chérif (qu’Allah agrée), Thierno El Hadji Mohamadou Saïdou Ba (Rta), Thierno Ahmadou Tidiane Ba (Rta), le dental et tous les musulmans.

A travers votre œuvre, je lis qu’un musulman doit profiter de la vie afin de travailler pour l’islam, sa communauté en permanence car nous sommes venus au monde pour remplir une mission qu’on rendra compte à Allah, le Clément.

Oui! La vie n’est qu’un navire et non pas une demeure.

Reposez en paix!

Qu’Allah, le Très Miséricordieux vous accueille dans son vaste paradis!

Que Mohamed (que la paix et la bénédiction qu’Allah soient sur lui) soit votre tuteur!

Aliou KOUME, almudo dental Médina Gounass

Fait à Dakar, le lundi 02 septembre 2019

Facebook Comments