La lettre de Khalifa Sall aux Sénégalais

0
615

Khalifa Sall a encore adressé une lettre aux Sénégalais, pour les inviter à aller retirer leurs cartes pour éviter  que les élections ne soient fraudées. Dans la correspondance exploitée par L’Observateur, Khalifa Sall ne s’adresse à Macky Sall qu’avec le pronom personnel « Il ». Une manière pour lui d’ignorer le chef de l’Etat, qui ne compte sur la fraude pour remporter les législatives. « Nous savons que la fraude est le seul moyen sur lequel il compte pour gagner ces élections législatives dont l’organisation chaotique est à l’image de la gestion de notre pays depuis 2012. Nous savons tous qu’il cherche à brouiller les pistes et à multiplier les pièges pour démobiliser et décourager les électeurs. C’est pourquoi je vous invite à un surcroit de détermination pour retirer vos cartes et pour l’obliger à organiser des élections libres et transparentes », dit-il.

De Rebeuss, où il est emprisonné depuis le mois de mai pour détournement de deniers publics, le maire de Dakar souligne que ces élections sont capitales pour notre avenir commun. « Notre pays doit se réinventer pour préserver les valeurs fondatrices de notre société. Notre pacte social doit rester le socle inébranlable sur lequel se forge une démocratie apaisée, un Etat impartial et efficace avec des institutions crédibles et une administration neutre, une gouvernance transparente et participative, un développement intégral et durable à partir de nos territoires », ajoute-t-il.

Avec son emprisonnement, la tête de liste de la coalition Mànkoo taxawu Senegaal admet qu’on a voulu le réduire en silence mais que le régime a échoué dans sa tentative. Et dit être partout et que les complaintes des populations ne lui sont pas inconnues. « Je suis partout avec vous. Partout, j’entends le même cri de détresse dont l’écho se répand dans nos villes et villages. (…) Partout, je vois les effets néfastes de la politique de son régime qui a installé notre pays dans une débâcle généralisée. Je vois aussi dans vos regards qui se croisent et vos mains qui se nouent que, malgré la déception et la colère, notre peuple n’est pas résigné et n’accepte pas  que le seul chemin qui lui soit proposé soit de poursuivre cette folle course vers le désastre ».

C’est pourquoi Khalifa Sall lance cet appel : « Dimanche, je serai privé de mon droit de vote. Mais, en vous j’accomplirai mon vote et partagerai avec vous la satisfaction d’avoir exercé mon droit, chaque fois que vous mettrez votre bulletin dans l’urne ».

 

Facebook Comments