Inflation : Le Sénégal dépasse la norme de l’UEMOA

48
Advertisement

L’inflation se pointe à l’horizon au Sénégal, pays qui caracole au-delà du plafond de l’Uemoa, qui va avoir 3 % de taux d’inflation au moment où le Sénégal attend 3,8. Selon Abdoulaye Daouda Diallo,  qui exposait les perspectives économiques aux députés qui ont tenu, hier, leur dernière plénière de la session 2021-2022

L’inflation plane sur le Sénégal. Sur la période 2023-2025, l’inflation se situera en moyenne à 3,8 %. C’est un peu plus que le plafond  de l’Uemoa, qui est à 3 %, selon le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda. Il faisait face aux députés, hier, pour échanger sur les perspectives économiques et budgétaires de 2023 à 2025.

Publicité

Cette plénière marque aussi la fin de la session ordinaire 2021-2022. «On peut aisément faire le constat que notre pays est bien proche de la normeDans tous les cas, le gouvernement continuera d’être vigilant sur le sujet de l’inflation et prendra toutes les mesures d’accompagnement permettant de protéger le pouvoir d’achat des ménages, mais aussi les marges des entreprises», assure Abdoulaye Daouda Diallo.

Un taux de croissance moyen de 7 % avec un pic de 10,5 % en 2023 à la faveur du démarrage de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures est attendu, d’après lui. Abdoulaye Daouda Diallo ajoute également que 6 000 milliards de francs Cfa sont les prévisions budgétaires en 2023.

Malgré tout, le ministre des Finances et du Budget souligne que la politique de financement restera essentiellement ancrée sur le recours à un endettement «prudent» axé sur les ressources concessionnelles et sur le partenariat public-privé, d’après Daouda Diallo à propos de la dette.

S’agissant de l’agriculture, le ministre indique que70 milliards de francs Cfa ont été injectés dans le secteur pour la période 2022-2023 pour augmenter la productivité. Pour l’accès à l’eau, il y a à faire mieux. Les députés n’ont pas fait dans la langue de bois pour le lui mettre dans la tête. «Nous ne nous retrouvons pas dans ces chiffres, parce que l’eau manque chez nous», assène Ndèye Marie Kane.

Selon Abdoulaye Daouda Diallo 94 % des ménages ruraux ont accès à l’eau potable et 98 % en milieu urbain. Enfin, le ministre des Finances et du Budget qui s’exprimait à l’occasion de la dernière séance de l’Assemblée nationale rappelle que 244,06 milliards de francs Cfa devraient être transférés aux collectivités territoriales pour la période 2023-2025.

Walf Net

Pub