Fouta – L’histoire jamais racontée du légendaire navire « Bou El Mogdad »

0
117

Le morceau « Bouyel» de l’album « Baayo » sorti en 1991 est l’un des chefs-d’œuvre de ‪Baaba Maal‬. L’album a été produit par le légendaire Chris Blackwell (Island Records), producteur de Bob Marley. Ainsi cette chanson fait partie des classiques de Baaba Maal et du riche répertoire traditionnel du Fouta-Tooro (la région du nord du Sénégal et du sud de la Mauritanie). En fait l’histoire de cette chanson remonte aux années 60.

L’histoire du légendaire navire « Bou El Mogdad »

Avec Bouyel, on se retrouve dans le delta du fleuve Sénégal, entre 1950 et 1970. Ainsi la chanson Bouyel immortalise et fait mention du légendaire navire « Bou El Mogdad » qui a été construit à Dordrecht, la plus vieille ville de Hollande, en 1950.

Le Bou El Mogdad représentait, à cette époque, pour les habitants des deux rives du fleuve Sénégal, un outil plus qu’indispensable qui charriait vie et prospérité en assurant le transport de passagers, courriers, vivres, eau et matières premières dans les comptoirs coloniaux, au départ de Saint-Louis, entre 1950 et 1970. Le transport routier et ferroviaire étant inexistant, il servait surtout de caboteur pour les maisons de commerces à l’époque ( Maurel et Prom…) jusqu’en 1970. Il passait par Richard Toll, Rosso, ville frontalière entre la Mauritanie et le Sénégal, Podor, Kaedi, Matam, Bakel, jusqu’à Kayes au Mali.

Ce légendaire navire porte le nom du saint-Louisien El Hadj Bou El Mogdad Seck qui fut Interprète en chef, explorateur et conseiller auprès des gouverneurs de l’administration coloniale au Sénégal d’Auguste-Léopold Protet en 1853 jusqu’à Louis Brière de l’Isle en 1880, en passant par Louis Faidherbe dont il fut un précieux auxiliaire.
Ainsi le mot « Bouyel » n’est rien d’autre qu’une déformation de Bou El Mogad. Au lieu de Bou-El les habitants du Fouta Tooro prononçaient Bou-y-El (Bouyel).

🧳 Le voyage qui immortalisa le navire

Bouyel est une chanson à triple sens qui est à la fois une ode au voyage, un éloge à la femme et un chant d’amour.
La chanson parle du voyage d’une dame à bord du Bou El Mogdad. C’est une ode au voyage déclamée par un homme qui chante avec beaucoup de passion l’élégance de sa femme et ses préparatifs de départ avant l’embarquement à bord du Bou El Mogdad. Cette femme est ce jour-là dans sa plus belle parure. Elle se pare de ses plus riches étoffes, se fait de très belles tresses de sa chevelure et un tatouage au henné au niveau de ses mains et pieds. Ainsi au moment du départ le mari sublime l’être féminin chéri de la manière la plus belle qu’il soit.

La femme, à peine embarquée sur le Bou El Mogdad qui navigue majestueusement dans les eaux du fleuve Sénégal, l’homme ressentit aussitôt une forte nostalgie marquée par l’espoir de revoir sa dulcinée. Et c’est là que Bouyel devient un chant d’amour que l’homme entonna en émettant le souhait d’être transformé en pigeon pour qu’il puisse s’envoler dans les cieux afin de rejoindre sa dulcinée. Oui, Yewende-am (nostalgie en pulaar) devient ainsi chant d’amour…

👩 L’hommage aux femmes du Fouta Tooro

Bouyel étant aussi un éloge à la femme, Baaba Maal en profitera pour remercier les femmes du Fouta Tooro et magnifier aussi leur bravoure face à leurs activités quotidiennes et aux travaux champêtres. Il nous rappelle que ce sont les femmes du Fouta qui tiennent les leviers de commande de la contrée. Elles accroissent la surface économique et le prestige social de leurs maris. Ainsi, la femme foutankée porte bien sur ses épaules, à tous les sens du terme, la santé économique du Fouta Tooro.

🎶 Bouyel, le chef-d’œuvre !

La chanson commence par une intro de Baaba Maal à la guitare qui donne ensuite le rythme sur lequel son acolyte et guitariste-choriste de longue date, Mansour Seck viendra poser un sublime solo à la guitare. Ainsi le jeu des guitares entre Baaba et Mansour est riche et clair pendant que les simples et superbes claquements de doigts viennent appuyer le rythme pour rehausser à un niveau supérieur le groove de la chanson afin de nous servir une symbiose mémorable. Ainsi la voix de Baaba Maal se déploie, à travers cette symbiose, dans la douceur de ses inflexions et les dénivellations fascinantes d’un phrasé superbe. Tout cela se mêle à la perfection.

Bouyel est une chanson fabuleuse et magique, une réussite totale, une merveille qu’on ne peut qu’aimer. Une chanson simple, exceptionnelle et unique…une chanson qui voyage avec le temps comme le navire Bou El Mogdad…Bouyel est un chef-d’œuvre tout court !

📻 Pour info, Le Bou El Mogdad existe toujours. Il est devenu un navire de croisière pour les touristes qui aimeraient découvrir le parc national des oiseaux du Djoudj, les villes de Saint-Louis, Dagana, Richard Toll et Podor.

Senescoop.net avec ©senegal-online.com

Facebook Comments