Dr. Amadaou Mame Diop aux députés: «Nous sommes surveillés par le peuple sénégalais….»

145
Advertisement

Le président de l’Assemblée nationale, Amadou Mame Diop, a rappelé vendredi à ses collègues députés qu’ils étaient « surveillés et attendus par le peuple sénégalais et même au-delà » après la séance d’installation très mouvementée, le 12 septembre dernier.

Les travaux pour le marathon budgétaire vont démarrer dans 10 jours, suite à l’ouverture de la session unique parlementaire, ce vendredi 14 octobre 2022. « Nous nous acheminons vers quelques semaines qui seront marquées d’abord par la lecture du projet de budget. Ensuite, par les travaux en commission. Enfin, par les travaux en plénière devant aboutir au vote du projet de Budget 2022 – 2023 », a précisé le président de l’Assemblée nationale, Amadou Mame Diop. S’adressant aux députés, il a tenu, d’ores et déjà, à « inviter chacun d’entre nous à y mettre le sien nécessaire pour faire de ce cycle marathonien, une œuvre de succès, conformément à la mission qui nous est dévolue par le peuple sénégalais à savoir le vote des lois et le contrôle de l’action gouvernementale ».

Publicité

Poursuivant, il a rappelé le contexte « particulier » qui marque cette législature. Lequel, a-t-il insisté, « n’est pas que politique. Dans la mesure où a-t-il indiqué : « la situation géopolitique et économique internationale très tendue impacte aussi nos réalités quotidiennes. Elle fait aussi l’exercice budgétaire de cette année une épreuve particulière. »

En attendant « d’entrer dans le vif du sujet prochainement », a-t-il ajouté, « nous pouvons nous réjouir de l’intention affichée du gouvernement de donner la priorité à un budget social ».

En effet, arrêté à 5 556,7 milliards FCFA en 2022, le Budget du Sénégal devrait dépasser les 6 000 milliards FCFA en 2023. Le gouvernement dit de combat formé par le Premier ministre, Amadou BA, s’est engagé à faire baisser la cherté du coût de la vie.

Le député-maire de la commune de Richard-Toll a tenu à réaffirmer « sa ferme volonté de ne ménager aucun effort pour le succès » de la 14e législature, en déplorant les incidents qui ont émaillé la rentrée parlementaire. Car, a-t-il dit : « conformément à l’esprit d’ouverture et de dialogue qui doivent caractériser notre action à la quête de la représentation nationale, je reste ouvert et à l’écoute de tous les députés dans la recherche de solutions adéquates à l’accomplissement de notre mandat dans les meilleures conditions possibles. Ne perdons pas de vue qu’après l’épisode malheureux du 12 septembre dernier, nous sommes surveillés et attendus par le peuple sénégalais et même au-delà, par tous ceux qui ont eu à regretter ces événements jusqu’au-delà de nos frontières. Tout naturellement, nous pouvons avoir des points de vue divergents.

A nous alors de jouer avec responsabilité et efficacité pour la sérénité lors de nos travaux. Notre règlement intérieur, pour cela, est l’un de nos meilleurs alliés. Quel que soit le bord où nous nous situons, le respecter, nous y adosser, sera essentiel à la bonne marche de nos travaux. » Parmi les chantiers qu’il entend poursuivre figure celle « d’aboutir à une plus grande modernisation de (leurs) méthodes de travail ».

Pub