Défense et sécurité : les Gendarmes appelés à la retenue et à la discipline militaire

0
256
Advertisement

Le nouveau patron de la Gendarmerie a appelé ses hommes à adapter leurs modes d’action et à interroger constamment le modèle sécuritaire. Ce qui ne devrait, aux yeux du Général de division Moussa Fall, « remettre en cause notre identité et les valeurs cardinales qui caractérisent notre action, forgées dans la dualité de notre statut et trempées dans l’esprit républicain et la discipline militaire ». Il a rappelé la discipline militaire qui impose l’obligation de réserve. « L’éthique du gendarme vous commande la retenue qu’exige votre statut à l’égard des opinions philosophiques, politiques, religieuses, mais également dans vos rapports aux médias et réseaux sociaux », a-t-il encore réitéré aux gendarmes.

20.000 gendarmes à l’horizon 2025

Publicité

La stratégie du commandement sera bâtie autour de la prévention, de l’anticipation, de la détection et de l’intervention. Le Général veut renforcer les chaînes de commandement en leur donnant les moyens humains et matériels pour leur permettre d’exercer pleinement leurs fonctions. Il est ainsi attendu dans les prochaines semaines une montée en puissance du Centre de renseignement et des opérations de la Gendarmerie nationale (Crogend) et du Centre d’anticipation et de prévention (Cap), par le relèvement qualitatif et quantitatif de leurs ressources humaines, de leurs infrastructures et de leurs moyens techniques et matériels.

L’accent sera également mis sur la préparation opérationnelle « afin de privilégier la spécialisation ». Il a invité les commandants de subdivision d’arme à faire de la formation, de l’entraînement et de la gestion des ressources humaines, placées sous leurs ordres, une priorité.

La gestion et l’utilisation des ressources humaines seront facilitées par la réalisation de l’objectif stratégique de porter les effectifs de la Gendarmerie nationale à 20.000 militaires à l’horizon 2025. « Une meilleure mise en cohérence des profils de carrière permettra de rationaliser les conditions d’avancement au sein de ces grands commandements, de valoriser les diplômes professionnels et de fidéliser les personnels dans leur spécialité », a souhaité le Général Fall.

Des sections de recherches à Thiès, Tambacounda, Ziguinchor et Kaolack

Pour relever les nombreux défis, le nouveau patron de la Gendarmerie veut s’appuyer sur le judiciaire. Un pôle, qui fera la part belle au recours à la preuve scientifique et technique dans les enquêtes judiciaires au sein de la Gendarmerie territoriale, sera d’ailleurs créé. Le Centre national de formation en police judiciaire (Cnfpj) assurera une formation de qualité aux officiers de police judiciaire destinés à armer les unités d’enquête de la Gendarmerie, en organisant chaque année des stages de qualification à l’emploi d’Opj. Des sections de recherches de Thiès, de Tambacounda, de Ziguinchor et de Kaolack seront mise en place dans le court terme, a assuré le Haut-commandant. Une brigade de recherches départementale sera créée au sein de chaque compagnie de gendarmerie territoriale, avec pour objectif de doter ces unités de personnels exclusivement composés d’officiers de police judiciaire et de techniciens en identification criminelle.

Du nouveau à la Lgi et au Gign, de nouveaux escadrons blindés

La Légion de Gendarmerie d’intervention (Lgi) connaîtra une évolution en ce sens qu’elle sera portée à trois Groupements, dont deux Groupements portés de gendarmerie mobile (Gpgm) et un Groupement blindé de gendarmerie mobile (Gbgm), a révélé le Haut-commandant. Deux escadrons blindés sont prévus à Dakar ainsi que dans les régions de Ziguinchor, de Tambacounda et de Saint-Louis. Pour le compte du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (Gign), les effectifs, les équipements et les moyens de mobilité seront largement remis à niveau pour répondre aux exigences de leurs interventions à haut risque. Le Général Fall veut une « départementalisation de la sécurité ». La sécurité routière sera aussi renforcée avec la « création d’un escadron dans chaque légion territoriale et le déploiement d’un peloton au profit de chaque compagnie pour améliorer la surveillance du réseau routier national ». « La révolution numérique impose à la Gendarmerie de consolider le niveau et la qualité des aptitudes de ses unités d’appui technique. La Plateforme numérique de lutte contre la cybercriminalité (Pnlc) et le Centre national d’identification criminelle (Cnic) seront dotés des outils d’investigation numérique de dernière génération », a indiqué le Général Fall. Le renseignement intérieur sera mieux organisé avec l’ouverture des Bureaux d’anticipation et de prévention des légions territoriales.

Ne voulant laisser aucun aspect en rade dans son commandement, le patron de la Gendarmerie veut intégrer plus de femmes. Le relèvement des infrastructures dans les casernes, des effectifs et des dotations resteront une priorité du commandement.

Le Soleil

Pub