Confidences : “Je souffre au lit, je ne le supporte plus”

0
939

Depuis ma tendre enfance, je suis une fille timide. Que ce soir avec mes sœurs et frères ou avec des amis, je reste toujours timide. Et ce défaut, on va le dire ainsi m’a contrainte à demeurer une jeune fille vierge jusqu’au mariage.

Dans le temps, entre amis, ça me gênait beaucoup tous ces sujets sur la sexualité, des fois lorsqu’on me taquinait à l’école pour me dire qu’untel ou untel est “mon mari”, je me fâchais et je pleurais.

Pendant l’âge de l’adolescence, ne pouvant aborder des sujets sur la s3xualité avec personne, je me suis donc repliée dans les revues et les films pornographiques. J’avais beaucoup de revues pornographiques dans mon armoire ainsi que des vidéos du même genre dans mon ordinateur dans un ficher que je nommais “DOSSIER”.

Les soirs, lorsque je me retrouvais toute seule dans la chambre, je me passais et repassais ces vidéos ou revues et je me régalais de fantasmes. Il m’arrivait de me m4sturber et cela a duré jusqu’à mon mariage.

À cause de ma timidité, je n’avais pas d’autre centre d’intérêt si ce n’est mes études. Je suis donc allée très loin dans les études, j’ai même des formations en Europe et aujourd’hui mon mari et moi avions notre propre entreprise. Avant de financer notre entreprise, j’ai beaucoup tourné. J’ai fait mes preuves dans plusieurs entreprises d’ici et d’ailleurs. Et c’est même dans un environnement professionnel que j’ai fait la rencontre de celui qui finira par devenir mon époux.

C’est un homme très timide, peut-être même beaucoup plus timide que je le pensais de moi. Il est très réservé, parle moins et c’est un peu cela qui a facilité la relation entre lui et moi. On vivait les mêmes choses et c’était pour nous plus facile de se parler avec plus de décence et de pudeur.

Au début, malgré le fait l’un lui et moi avions de l’attirance l’un pour l’autre, c’était difficile quand bien même difficile d’aborder le sujet de la relation. Personne de nous deux ne voulait choquer l’autre et, à vrai dire, je ne me rappelle même plus comment nous y sommes parvenus.

Mais nous nous sommes mariés et la nuit de la lune de miel, notre timidité nous a poussés à ne pas faire l’amour, parce que je me disais que tout le monde nous imaginait en train de faire l’amour et rien que cette idée me donnait du dégoût. Je lui ai fait part de ma gêne et il m’a compris et nous nous sommes abstenus.

Le lendemain, nous avons profité de la journée à 10heures pour consommer le mariage, parce qu’à cette heure on se disait encore que personne ne nous imaginait en train de faire l’amour.

Toutefois ma grande désillusion, je l’ai connue pendant l’instant intime avec mon époux. Nos rapports n’ont pas excédé plus de 2 minutes qu’il avait déjà éj4culé. Au début, je me disais que cela était lié au stress du mariage. Mais aujourd’hui où je vous parle, nous sommes à plus de quatre années de vie commune et de rapports intimes et c’est toujours pareil. Malgré tous les remèdes pharmaceutiques et traditionnels utilisés, le résultat est toujours aussi décevant.

J’ai un grand appétit sexuel qu’il n’arrive pas à satisfaire. Pas même le plus petit des fantasmes s3xuels avec lesquels j’ai pendant longtemps nourri mon esprit toutes ces années n’a été satisfait. Je suis dégoûtée et frustrée. Lorsque je vois ce mollusque s3xuel dans le même lit que moi, j’ai envie de mourir.

Je me suis juré de ne pas lui faire d’enfants, car je me refuse de le rendre heureux alors que je suis emprisonnée dans le gouffre de la solitude et de la tristesse. Si jusqu’à présent je ne l’ai pas encore trompée, c’est simplement parce que j’ai honte et je trouve cet acte rabaissant. J’ai bien envie de divorcer, mais comment expliquer que c’est pour une question de « s3xe », rien qu’à y penser, j’en ai trop honte. En tout cas je le déteste !! Des fois j’ai envie qu’il meure pour que je sois enfin libre.

Facebook Comments