Commune de Nabadji Civol – Encore un maire qui affiche ses limites et son désintéressement (Par Moussa Diop)

0
264

Lorsque j’ai écouté l’interview du maire de la commune de Nabadji Abdoulaye Sally Sall sur les ondes de la Rfm, j’étais perdu dans un tas de questions dont je cherchais encore les réponses. Pourquoi attendre l’annonce du chef de l’Etat pour venir constater les dégâts causés par les récentes pluies diluviennes? Pourquoi ne venir au Dandé Maayo qu’en temps électorale ou de détresse?

Nous avons un maire qui ne sais même pas l’étendu de sa zone. Il dit que la commune de Nabadji fait 100 villages. Non de Dieu! Et en plus il se permet de dire que c’est parce que les bâtiments du Dandé Maayo sont en majorité faites de banco, c’est ce qui a occasionné l’effondrement de leurs bâtiments.

A woudourou par exemple, il s’est arrêté à l’entrée, car avec son costume de ministre raffiné, il ne peut pas passer dans l’eau ( ce que font pourtant les autorités des autres collectivités comme Dakar).

A Nima et à Koundel, il s’est permis de donner 10 Sacs de riz au premier village cité, et y déposer encore ses promesses traditionnelles, comme quoi, le fossé qui sépare les deux villages sera bientôt un vieux souvenir, oubliant peut-être qu’aucune de ses promesses n’a été concrétisée.

Il a profité de la présence du gouverneur pour se camoufler dans la foule jusqu’à Tiguéré; car étant seul, il sait très bien que le Dandé Maayo d’hier est différent de celui d’aujourd’hui, qui prend toujours acte de ce que font leur autorités surtout.

Contrairement à ce qu’il a annoncé à la Rfm, nous n’avons pas de routes praticables après la pluie. Nous avons besoin que l’axe l’axe Diamel-Dondou du Dandé Maayo soit goudronnée. Nous voulons que Tiguéré ne soit plus une île en période hivernale.

A Nima et à Koundel, les poteaux électriques ont déjà fait des victimes(des animaux bien sûr), car étant en fer. Imaginez si les enfants y prennent appui alors qu’ils sont entourés d’eau. Si malgré tout cela, le maire de la Commune de Nabadji Abdoulaye Saly SALL se montre aussi serein, alors nous disons que leur est grave.

S’il ne peut pas nous aider, nous réclamons dans ce cas, à ce que notre Dandé Maayo soit hérigé en commune. Ainsi, les oiseaux au même plumage pourront voler au même endroit et à la même hauteur. Nous connaissons nos problèmes et savons comment les autorités peuvent nous aider.

La balle est désormais dans le camp du Président de la république du Sénégal d’écouter la voix du peuple de Dandé Maayo.

Moussa DIOP, Habitant de Nima (Commune de Nabadji)
Facebook Comments