Comment les trois nigériens ont piraté 17 comptes wave

0
264
Advertisement

Avec la collaboration d’une gérante de point « Wave », les pandores de la brigade de Recherches de la Gendarmerie de Mbour ont réussi à mettre un terme aux agissements malsains de videurs de comptes qui ne sont autres que des Nigérians établis à Mbour.

Vendredi dernier, aux environs de 16 heures, les trois (03) Nigérians qui répondent au nom de H. OGIDI, U. B. MMADUMERE et CH. K. CHUKWUEBUK, munis d’une pièce d’identité sénégalaise, débarquent dans un multi-service établi au quartier Saly-Médine pour retirer la somme de 250 000 FCFA. Après avoir scanné la carte «Wave» que lui présentent les trois (03) Nigérians, la gérante du multi-service remarque que la photo de la pièce d’identité sénégalaise qui s’affiche sur son écran ne correspond pas à la personne présente devant elle. Et avant même de leur remettre les 250 000 Fcfa déjà retirés, elle fait la remarque à ses clients. A qui elle demande d’ailleurs, la provenance de cette pièce d’identité sénégalaise. Accablés de questions et pris au dépourvu, ils paniquent et peinent à se défendre.

Publicité

Au même moment, la gérante informa très rapidement les éléments de la Brigade de Recherche de la gendarmerie de Saly de la situation. Mais étant seuls avec la gérante au moment des faits, les trois hommes réussissent à prendre la poudre d’escampette. Malheureusement, cette stratégie ne sera que de courte durée. Après une course-poursuite avec les habitants de Saly-Médine, ils sont vite rattrapés et remis à la disposition des pandores.

Face aux enquêteurs, ils reconnaissent sans ambages les faits à eux reprochés. Avant de se livrer à des révélations fracassantes. Ils déclarent ainsi aux hommes du commandant Seck qu’ils s’activent dans le vol d’argent via les différents comptes « Wave » d’autrui depuis plusieurs mois. Ils font également savoir aux forces de l’ordre qu’ils ont réussi à pirater 17 comptes «Wave» appartenant à des Sénégalais à qui ils ont dérobé plus de 60 millions de Fcfa. Au terme de leur durée légale de garde à vue, les Nigérians² ont été fédérés hier mercredi, au parquet de Mbour, pour association de malfaiteurs, usurpation d’identité, accès aux données personnelles et escroquerie. 

Pub