Cheikh Bamba Dièye sur l’audition de Sonko : « Il doit définir sa stratégie de défense »

101
Advertisement

Le leader du Pastef, Ousmane Sonko, a été auditionné, jeudi dernier, dans l’affaire Adji Sarr. Contrairement à ce qui s’était passé au mois de mars 2021, aucune manifestation violente n’a été notée. Interrogé sur le sujet lors de l’émission Jury du Dimanche, Cheikh Bamba Dièye du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (Fsd/Bj) a indiqué que : « j’ai la conviction et le sentiment que lorsque la loi est respectée, lorsque les formes sont en place et qu’on donne à chacun l’entièreté de ses responsabilités, on arrive à l’essentiel. On arrive à faire ce que l’on veut sans pour autant entrer dans une série de violences. Ce n’est pas intéressant. Ce n’est pas important. Nous déplorons toujours les 14 morts. Parce que des pertes en vies humaines aucun acteur politique ne peut le rembourser. Aucun pouvoir ne peut se substituer à ces pertes. C’est pourquoi il est bon à l’endroit du pouvoir de souvent écouter les citoyens et de respecter la loi ».

Donnant sa posture dans cette affaire, il a affirmé que Sonko est un justiciable comme tous les sénégalais. « Je pense qu’il est allé avec un faisceau de 16 avocats. Donc, il a eu à définir sa stratégie de défense. Il faut qu’on sache qu’au Sénégal pour être juge il faut le choisir. On décide de faire carrière dans cet exercice-là. Et à mon avis, ce qui est important pour nous citoyens c’est que nous puissions prendre un peu de distance et laisser deux sénégalais qui ont un contentieux devant le juge avec leurs avocats trouver le meilleur moyen pour chaque partie pour véritablement avoir le droit avec lui. À mon avis, ce qui est important au Sénégal c’est que la justice soit une réalité. Tout le monde est attentif, tout le monde regarde », soutient l’invité du JDD. Selon lui, ils ne vont pas accepter que la justice soit instrumentalisée pour, comme il l’a dit, annihiler un probable candidat à l’élection. « Je pense que c’est inacceptable et une injure aux sénégalais. Ce qui est important c’est que la justice soit là pour toutes les parties », a-t-il ajouté.

Publicité

S’agissant du refus de Ousmane Sonko de se soumettre à un test ADN, Cheikh Bamba Dièye dit comprendre le leader du Pastef. « Parce que même dans notre propre législation on n’est pas contraint à faire ce test. Il a le droit de ne pas avoir confiance parce qu’il y’a eu une histoire dans notre pays. De ce point de vue, qu’il y est des mesures prudentielles à prendre dans cette affaire pour ne pas s’exposer ou pour ne pas prêter le flanc s’il l’a fait avec l’assentiment de ses avocats, moi je n’ai absolument aucun problème à ce niveau-là », a-t-il aussi dit.

Par ailleurs, on constate au Sénégal que les débats posés lors de l’instruction d’un dossier se retrouvent le lendemain dans les journaux. Interpellé sur cela, Cheikh Bamba Dièye pense que : « au Sénégal, on a un véritable problème avec le secret de l’instruction. Pas seulement dans cette affaire, mais partout. Je n’ai pas l’impression dans la posture de Sonko qu’il puisse violer le secret de l’instruction. Puisque c’est un justiciable qui a été convoqué par un juge. Ce n’est pas à son niveau qu’il faut regarder le problème-là. Le problème il est au niveau des cabinets des juges, au niveau des forces de défense et de sécurité et au niveau de l’Etat. Aujourd’hui, si ce qui se fait au tribunal se retrouve dans la rue se sont ceux qui sont aux commandes au tribunal qu’il faut interpeller », renseigne l’invité du JDD.

Pub