Cambriolage avorté chez Youssou Ndour !

0
771

C’est une information de Source A. Quelqu’un a tenté de s’introduire dans le bureau de la caissière centrale du groupe Futurs Médias, sis aux Almadies. La personne malintentionnée a tenté de commettre ce qui allait être le…4e vol (vous avez bien lu) sur la manne financière, estimée à plusieurs millions, du groupe de prese du chanteur-businessman et politicien Youssou Ndour.

Des informations glanées, il ressort que le ou les voleurs (qui connaissent bien les lieux et les occupants, bref tout) ont bien mûri leur plan. Car, sachant que le fils du maître des lieux, en l’occurrence Birane Ndour, Directeur Général Adjoint de Gfm, a voyagé, les héritiers d’Arsène Luppin ont d’abord saboté l’installation des caméras de surveillance dans son bureau pour ensuite tenter de s’introduire par effraction dans le bureau de la caissière. Malheureusement, un des vigiles répondant au nom de Diam entendra leur bruit. Du coup, il alertera les autres gardiens (ceux de la SAGAM) préposés à surveiller les lieux abritant la télévision de la star planétaire.

C’est ainsi que le cambriolage a avorté. Mais, aussi saugrenue que cela puisse paraître, les vigiles ont beau cherché maispas vu l’ombre d’une personne intruse dans les locaux de la Tfm ? En tous les cas, celui ou ceux qui ont tenté de chiper les millions de l’auteur de Nothing in vain connaissent bien les lieux, disons plutôt ne sont pas étrangers au service.

Comment peuvent-ils savoir que le fils de Youssou Ndour, qui surveille depuis son bureau les moindres faits et gestes à TFM, a voyagé ? Comment savent-ils que des caméras de surveillance sont installées avec l’unité centrale dans le bureau de Birane Ndour ? Comment ont-ils pu reconnaître le bureau de la caissière pour tenter leur larcin ?

Ce sont autant de question qui donne des allures de “nébuleuse” à cette affaire. Et, bizarrement c’est la quatrième fois que la maison de You est victime d’un ou de plusieurs cas de vol de numéraires, mais aucune suite n’est donnée aux forfaits, après pourtant des auditions et les autres procédures en la matière menées de main de maître par la Section Recherches de la Gendarmerie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here