“Black Panther”, le film qui rend hommage à Baba Maal !

0
1140

“T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier.”

Sur le site de Canal Olympia, ce descriptif invite les cinéphiles à venir voir, à partir de ce soir, Black Panther. Le film du moment. Qui cartonne au box-office mondial.

T’Challa tel Obama…
Particularité de ce blockbuster du réalisateur afro-américain Ryan Coogler ? Il met à l’honneur l’Afrique. Le superhéros est noir. Africain. Il est chef d’une nation africaine.

L’ensemble du casting, souligne novethic.fr, fait la part belle au continent. Interprète de T’Challa, Chadwick Boseman témoigne sur le site : “Il n’y avait pas beaucoup de super-héros qui me ressemblaient quand j’étais enfant. (Et Black Panther était) central dans l’univers Marvel. Il dirige le pays le plus riche, c’était aussi un physicien, avec une spiritualité très importante, une connexion forte avec ses ancêtres, ce qui est capital dans la culture africaine.”

Novethic rapporte que “des observateurs aux États-Unis jugent que l’apparition en tête du box-office américain de ce personnage a autant d’impact que l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche…”. Ce qui le pousse à s’interroger : “N’iraient-ils pas un peu trop loin ?”

“Une raison d’être fier de Baba Maal”
En tout cas, il ne serait pas exagéré de prétendre que Black Phanter est très sénégalais. La voix de Baba Maal retentit dans le film de façon nette, audible et authentique. Le son du tama sénégalais, qui ronchonne à quelques endroits, aussi. Cette ouverture vers le Sénégal rend crédible la trame.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here