Barrages du mondial : forces et faiblesses des éventuels adversaires des lions

0
140
Advertisement

Leader de sa poule lors des éliminatoires du Mondial, le Sénégal a encore des étapes à franchir avant de se qualifier pour «Qatar 2022». Les Lions affronteront en barrages l’Egypte, le Cameroun, le Mali, le Ghana ou la Rd Congo. Des adversaires de grande qualité qu’il faudra prendre très au sérieux.

Egypte, grand choc entre Sadio Mané et Mohamed Salah

Publicité

Un choc entre l’Egypte et le Sénégal est bien possible. Une confrontation qui mettra aux prises deux des meilleurs footballeurs africains du moment : Sadio Mané et Mohamed Salah qui évoluent dans le même club de Liverpool. Coéquipiers en club, mais grands rivaux, notamment dans la course pour le Ballon d’Or africain, le Lion et le Pharaon se livreront alors un duel épique. L’Egypte, nation africaine la plus titrée avec 7 Can remportées, a aussi une histoire avec le Mondial. En effet, elle est le premier pays à représenter le continent africain lors d’une Coupe du monde. C’était en 1934 en Italie. Il aura fallu attendre 36 ans pour voir un autre pays africain, le Maroc, s’inviter à la messe du foot mondial au Mexique en 1970. Les Pharaons ont renoué avec le Mondial en 1990 en Espagne et en 2018 en Russie en se faisant éliminer à chaque fois au premier tour. Même si elle dispose d’un talent mondial comme Salah, l’Egypte est loin de sa génération dorée qui avait remporté 3 Can de suite en 2006, 2008 et 2010. En dehors de Salah, qui n’a inscrit aucun but lors des qualifications au Mondial, elle compte sur des joueurs comme le milieu Mohamed Elneny d’Arsenal, l’attaquant Mohamed Mostafa de Galatasaray. Et aussi une grosse colonie de joueurs locaux évoluant dans de grands clubs comme Al-Ahly, Zamalek, Pyramids Fc… En poule, l’Egypte a assuré sa qualification avant terme avec 4 victoires, 2 nuls, 10 buts inscrits et 4 encaissés.

Ghana, les Black Stars veulent retrouver la lumière

Grosse pointure du football africain, le Ghana a, comme l’Egypte, l’un des palmarès les plus enviables du football africain avec 4 trophées continentaux, même si le dernier date de 1982. Si la génération dorée formée par Michael Essien, Sullay Muntaree, Assamoah Gyan… n’a rien remporté, elle a permis au pays de Kwamé Nkrumah de disputer son premier Mondial en 2006 en Allemagne. Le Ghana, qui a raté de justesse une qualification historique en demi-finale de la Coupe du monde 2010 contre l’Uruguay, espère de nouveau régner sur l’Afrique et tutoyer les meilleurs au monde. Pour cela, elle compte sur des joueurs expérimentés comme André Ayew, Jordan Ayew, Mubarak Wakaso, Abdul Rahman Baba… et une jeunesse prometteuse incarnée par le Rennais Kamaldeen Sulemana. Cependant, l’alchimie tarde à s’opérer. Pour se qualifier à «Qatar 2022», les Black Stars ont souffert le martyre. Il aura fallu une victoire au forceps sur un penalty litigieux face à l’Afrique du Sud (1-0) pour éviter la désillusion. Septième au classement Fifa de la zone Afrique, le Ghana pourrait causer des difficultés aux Lions.

Duel de Lions face au Cameroun

L’ogre Cameroun pourrait aussi se mettre sur le chemin du Sénégal. Un adversaire contre lequel le Sénégal a très rarement déroulé. On se souvient encore de la défaite en finale de la Can 2002. Et plus récemment de l’élimination en quart de finale de la Can 2017. Une des nations les plus titrées d’Afrique avec 5 trophées continentaux, le Cameroun est aussi un des rares, avec le Sénégal et le Ghana, à s’être hissé en quart de finale du Mondial. Mais, les dernières participations des Lions indomptables en Coupe du monde, malgré des joueurs comme Samuel Eto’o Fils, ont été de grands échecs. Favori de la Can 2022 qu’il organise, le Cameroun a souffert pour décrocher son billet pour le Qatar. Dans une poule compliquée avec la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Malawi, les Camerounais, dos au mur après une défaite à Abidjan (2-1), se sont difficilement qualifiés en battant la Côte d’Ivoire (1-0) à domicile. En termes de potentiels et de joueurs de qualité, le Cameroun semble être derrière le Sénégal, mais la mentalité de grand compétiteur des Lions indomptables pourrait jouer de mauvais tours au Sénégal. Le retour d’André Onana dans les buts après une suspension pour dopage est un grand renfort. Sur le plan offensif, il existe aussi des atouts non négligeables avec Toko Ekambi de Lyon, Chupo-Moting du Bayern Munich et Vincent Aboubakar d’Al Nasr en Arabie Saoudite. Le Cameroun reste une grosse cylindrée africaine, mais pas au point de faire peur au Sénégal.

Mali, épique derby ouest-africain

En grande évolution ces dernières années, le football malien est dopé par ses petites catégories qui jouent les premiers rôles en Afrique avec plusieurs trophées chez les juniors et les cadets. Doté de plusieurs centres de formation de qualité, le Mali produit un grand nombre de jeunes talents qui font le bonheur de plusieurs clubs en Europe. Cette jeune génération, portée par des joueurs comme Falaye Sacko (Guimaraes), El Bilal Touré (Reims), Diadie Samassekou (Hoffenheim), Kalifa Coulibaly (Nantes), Amadou Haidara (Leipzig)…, gagne en expérience. Elle a pu s’extirper de son groupe de qualification sans difficulté contre l’Ouganda, le Kenya et le Rwanda. Les Aigles ont survolé leurs adversaires avec 5 victoires, 1 nul, 11 buts marqués et aucun encaissé. En grande confiance, ils pourraient constituer un grand danger pour le Sénégal. La grande rivalité entre les deux pays voisins va attiser davantage la soif de victoire des Maliens qui, sur les 10 pays présents en barrages, sont les seuls à n’avoir jamais disputé une Coupe du monde séniors.

Les Léopards de la Rd Congo toutes griffes dehors

67ème au classement mondial de la Fifa et 13ème en Afrique, la République démocratique du Congo (Rdc) n’en est pas moins un géant du continent africain avec deux titres de champion d’Afrique. La Rd Congo, qui portait alors le nom de Zaïre, est aussi le 3ème pays africain à jouer une Coupe du monde après l’Egypte et le Maroc. En 1974, en Allemagne, les Congolais avaient connu 3 lourdes défaites contre la Yougoslavie (9-0), le Brésil (3-0) et l’Ecosse (2-0). Depuis, ils courent après une qualification pour la Coupe du monde. Ils ne sont plus qu’à deux matches d’y arriver. Mal partis dans leur poule qui comptait aussi le Bénin, la Tanzanie et Madagascar, la Rdc a semé ses concurrents dans les ultimes rencontres avec des succès en Tanzanie (0-3) et face au Bénin (2-0). Grand absent de la Can 2022 au Cameroun après avoir été devancé par la Gambie et le Gabon, la Rdc va jeter toutes ses forces pour une éventuelle qualification à «Qatar 2022». Doté d’un jeu spectaculaire et ultra offensifs, les Congolais sont souvent capables du meilleur comme du pire. Imprévisibles, ils peuvent surprendre n’importe quel adversaire. Sur le plan de l’effectif, la Rdc compte de grands noms capables de changer le cours d’un match comme Kakuta, Mbokani, Bakambu, Bolasie…

Pub