Bamba Dieng, une histoire sénégalaise !

0
200
Advertisement

Bamba Dieng est l’une des bonnes surprises de ce début de saison. Auteur de trois buts en Ligue 1, l’attaquant sénégalais de Marseille évoluait pourtant dans son pays il y a un an. Et où ceux qui l’ont côtoyé ne s’étonnent guère de son adaptation au championnat de France, convaincu du potentiel du garçon mais également de sa patience nécessaire au plus haut niveau.

Et dire que Bamba Dieng (21 ans) fut un jour défenseur… Aujourd’hui, le jeune attaquant, peut-être bientôt international, puisqu’Aliou Cissé l’a convoqué pour les deux matches qualificatifs pour la Coupe du monde 2022 face à la Namibie (9 et 12 octobre), est plutôt du genre à tourmenter ceux dont il partageait, il y a quelques années, le quotidien.“C’est la façon de procéder à Diambars, avec les jeunes joueurs.

Publicité

Nous les faisons évoluer à plusieurs postes, afin qu’ils soient capables de mieux comprendre le rôle du défenseur, du milieu de terrain et de l’attaquant”, explique Pape Boubacar Gadiaga, l’ancien entraîneur de l’équipe professionnelle, aujourd’hui technicien à l’Académie Mohammed-VI au Maroc.L’attaquant avait été prêté, le 5 octobre 2020, avec option d’achat à l’OM, qui a signé un partenariat avec Diambars. Buteur en Coupe de France contre Auxerre en février (2-0), aperçu à cinq reprises en Ligue 1, Dieng a été définitivement transféré lors du mercato estival, en échange d’une indemnité de transfert estimée à 400 000 euros.

Cette saison, il a déjà inscrit trois buts, face à Rennes (2-0), Monaco (2-0), avec un spectaculaire doublé en Principauté, et sans être considéré comme un titulaire à part entière par Jorge Sampaoli, un adepte du turn-over. “J’ai parlé avec lui, après le match à Angers (0-0). Bamba est un garçon plein de sagesse, très patient. Il sait très bien qu’il y a beaucoup de concurrence à Marseille, qu’il est jeune et donc très perfectible. Bamba a compris que parfois, il ne va jouer que cinq, dix ou quinze minutes, mais à chaque fois, il se donnera à fond”, poursuit Gadiaga.

GADIAGA : “IL EST AIMANTÉ PAR LE BUT”

A Diambars, tout n’a pas été simple pour ce natif de Pikine, la deuxième ville du Sénégal, située à une dizaine de kilomètres de Dakar. D’abord licencié à l’ASC Sonacos Diourbel (2010-2014), c’est lors d’une des nombreuses détections organisées par Diambars qu’il a intégré en 2014 la très réputée académie basée à Saly. Après avoir été essayé à plusieurs postes, Dieng s’est fixé à celui de numéro 9, rappelant à Gadiaga un certain Jean-Pierre Papin.“J’étais à l’OM, chez les jeunes, quand Papin est arrivé, en 1986. Par certaines attitudes, Bamba me rappelle JPP, dans sa capacité à tirer dans toutes les positions. Il est aimanté par le but, il a le sens du but en lui.” A 17 ans, pourtant, une grave blessure à un genou le freine dans sa progression, l’éloignant des terrains pendant plus d’un an. “Mentalement, cette épreuve l’a endurci. Il a presque tout repris à zéro”, rappelle son ex entraîneur.

Son retour à la compétition a lieu en 2018-2019, alors que Diambars évolue en Ligue 2. Dieng contribue à l’accession de l’équipe en KL1 à la fin de la saison, sans jouer tous les matches. “Bamba a su revenir progressivement, en marquant des buts. Il n’était pas un titulaire en puissance”, poursuit Gadiaga. Le jeune attaquant, sans manifester la moindre impatience, accepte ce rôle hybride – un jour titulaire, un jour remplaçant – et s’offre même une petite coquetterie en terminant meilleur buteur de L1 avec 12 buts inscrits lors de ses quatorze premiers matches.Cette efficacité lui vaut, surtout, d’attirer l’attention de l’OM, spectateur privilégié de la progression des meilleurs académiciens.

Les négociations aboutiront en octobre 2020, sans que cela n’étonne Gadiaga. “Bamba a les qualités pour jouer en Europe. Mentalement, il est armé. Il me rappelle Idrissa Gueye, formé lui-aussi à Diambars, qui a su s’accrocher, alors qu’au départ, Lille ne le faisait pas jouer avec les pros. Pour Bamba, c’est différent, car l’OM lui fait confiance. Mais quand je parle de sa force mentale, je fais référence à ce qu’il a su faire pour surmonter sa blessure. Et je trouve qu’il s’adapte plutôt bien à la L1 française, à un tout autre niveau que celui du Sénégal.”

“LE PLUS DUR COMMENCE POUR LUI”

Depuis le Maroc, Gadiaga continue à suivre l’évolution de son ancien joueur. Et sa connaissance approfondie du cas Dieng lui permet d’avoir un avis précis sur ses principaux axes de progression. “Il a besoin d’améliorer son jeu dos au but. Dieng est un joueur qui aime prendre l’espace, et dans une équipe comme l’OM, qui se projette vite vers l’avant, c’est un avantage. Il doit aussi apprendre à être plus habile dans certains gestes, mais il va apprendre avec l’âge.” L’OM, en refusant de le prêter à Dijon (Ligue 2), lors du dernier mercato estival, a montré qu’il comptait sur lui, alors que les deux parties discutent de la prolongation de son contrat, sur fond de revalorisation salariale (Dieng, qui gagne 4.000 euros par mois, souhaiterait émarger à 40.000 euros, ndlr).

La joie de Bamba Dieng, auteur d'un doublé sur la pelouse de Monaco, le 11 septembre 2021.

La joie de Bamba Dieng, auteur d’un doublé sur la pelouse de Monaco, le 11 septembre 2021.

Crédit: Getty Images“Le plus dur commence pour lui”, intervient l’ancien international sénégalais Oumar Diallo, l’entraîneur des gardiens de Diambars. “Comme il joue dans un grand club, il est exposé. Bamba Dieng est un bosseur, un joueur qui ne s’économise pas. On voit que c’est un garçon généreux, explosif, vif. Il sera important pour lui de savoir se reposer quand ce sera nécessaire Je ne doute pas de sa réussite en Europe. Et le fait de côtoyer en sélection des gens comme Sadio Mané ou Kalidou Koulibaly va l’aider à progresser, à mûrir.”Ses liens avec Diambars, où chacun de ses matches est suivi de très près, ne se sont jamais distendus. L’été dernier, lors de ses vacances, Dieng est venu passer plusieurs jours à Saly pour rendre visite à ses anciens coéquipiers et entraîneurs. En toute simplicité.

Avec Eurosport

Pub