Baccalauréat 2020 : Les dernières précisions du Directeur de l’office du BAC

0
267

C’est demain mercredi qu’aura lieu l’épreuve anticipée de philosophie pour les candidat du Baccalauréat. Directeur de l’office du Bac, Socé Ndiaye s’est expliqué, dans cet entretien avec nos confrères d’igfm, sur l’organisation de l’épreuve dans ce contexte d’épidémie.

Où en êtres vous dans l’organisation de l’épreuve d’anticipée de Philosophie ?

On  est à la veille de l’anticipée de Philosophie. Cela veut dire que nous avons mis en place  les épreuves. Les jurys sont déjà constitués, les élèves convoqués, les superviseurs ont aussi été désignés par les inspections d’académie, donc on est prêts à dérouler.

Combien de candidats attendez-vous ?

Pour demain on attend autour de 152 000 candidats. En réalité on a un peu moins de 155 200 candidats, mais  dans ce nombre là il y a 3500 candidats  qui font le bac technique. Donc qui ne sont pas concernés par l’épreuve anticipée.

Des dispositions suffisantes ont-elles été prises pour le respect des mesures barrières ?

Les élèves ont toujours été un par table. Donc la distance  a été toujours observée. Maintenant ce qui s’y ajoute, c’est que pour la reprise,  il y avait déjà le protocole sanitaire qui  édicte un certain nombre de comportements et d’actes à  poser quand on est à l’école. Et l’ensemble de ce protocole est en train d’être appliqué dans le cadre des apprentissages et enseignements. Maintenant ce sera dans la continuité de cela que les examens vont se dérouler.

Est-ce que ces mesures pourront être appliquées dans tous les centres d’examen ?

Les centres d’examen sont des écoles. Des écoles où il y a des élèves qui sont en classe d’examen. Donc un dispositif y était déjà mis. Un dispositif qu’il faut appuyer dans le cadre des examens.

Qu’est ce qui est prévu au cas où un candidat ou un enseignant est testés positifs à la covid-19 ?

Dans le cadre du protocole, il était prévu que les élèves et enseignants, ce sont des sénégalais, peuvent naturellement être positifs. Sans doute, peut-être, il y en a. En tout cas, nous, tous les enseignants  qui sont malades,  je ne dis même pas malades de la covid-19, mais qui ont comorbidité  ont été dispensés de la participation  à l’examen. Pour les élèves aussi, nous avons des candidats. Chaque fois qu’on nous signalerait qu’un candidat ne serait pas disponible du fait de tel ou de telle raison qui soit valable, il entre dans le cadre de ceux qui sont éligibles pour la session de rattrapage.

Au vu du faible quantum horaire, avez-vous espoir que le taux de réussite soit respectable ?

L’office du Bac s’occupe de l’organisation matérielle et administrative. L’examen vient à la suite d’un processus. Ces élèves que nous allons  avoir comme candidats sont dans le circuit de  l’enseignement moyen-secondaire depuis 7 ans au moins. Donc  le niveau qu’ils ont, ils l’ont acquis au cours  de ces 7 ans. Et donc, l’évaluation de ces élèves sera faite par les gens qui les ont suivis pendant ce cursus. C’est-à-dire les enseignants eux-mêmes qui ont donné ces épreuves et qui vont corriger ces épreuves et délibérer.

Nous on est chargés de l’organisation administrative. Nous ne savons pas ce que vont être les résultats. Ce que nous savons, c’est que lorsque la reprise était en train d’être préparée, l’inspection  générale de l’éducation et de la formation a beaucoup travaillé sur les compétences  à installer sur les apprenants . Ce sont  ces mêmes compétences qui seront évaluées. Donc je pense qu’ils ont  bien travaillé à installer ces compétences et qu’ils ont  proposé des évaluations pour mesurer l’acquisition de ces compétences.

Facebook Comments