Al Maktoum : le citoyen extraordinairement excellentissime (Par Cheikh Tidiane Mané)

0
2863

Méconnaissance de l’histoire, amnésie historique ou vagabondage intellectuel ? Petite leçon d’histoire à Babacar Justin Ndiaye. Je confirme, même si vous ne croyez pas à votre assertion, qu’effectivement les marabouts, les vrais, sont des citoyens extraordinaires.

Ce serait trop long pour étaler ici toutes les péripéties de l’histoire du Sénégal. Mais pour combler votre méconnaissance de l’histoire ou peut-être votre amnésie historique, sachez que cette histoire  a toujours été rythmée par la présence du religieux des marabouts, de la révolution Torodo à El Hadj Oumar. De ce dernier à Maba Diakhou, Maodo, Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Babacar Sy, Baye Niasse jusqu’à Serigne Cheikh et j’en passe. 

Comme vous aimez les archives, faut-il vous rappeler ou même vous enseigner que :

  • les colonisateurs bien que surpuissants étaient obligés de passer par Maodo pour convaincre les populations, méfiantes vis-à-vis du toubab, de se laisser vacciner.
  • Durant la deuxième guerre mondiale lorsque De gaulle qui s’apprêtait à bombarder Dakar pour déloger le gouvernement de Vichy, les colons se réfugièrent derrière les prières de Serigne Babacar Sy et d’ailleurs aucune décision n’était prise dans l’AOF sans au préalable une concertation avec le grand Khalife.
  • Ça au moins vous le savez, que c’est grâce à Serigne Bababcar Sy et à Serigne Fallou Mbacké que Senghor accéda à la magistrature suprême.

Pour m’en arrêter là vous pouvez maintenant croire que les marabouts sont des citoyens extraordinaires. Il est ceci de curieux et triste de constater malheureusement que le colon français connaissait mieux  la sociologie de ses colonisés mieux qu’eux-mêmes.  A l’ère du néocolonialisme cet état de fait demeure toujours. N’est-ce pas le Père Tempels, Maurice Délafosse ou Marcel Griaule bien que colonisateurs qui nous ont laissés des connaissances sur les peuples africains. Comment se fait-il qu’à l’heure du troisième millénaire que l’on puisse ignorer à l’intérieur du Sénégal que nos marabouts ne sont pas des citoyens ordinaires ? D’ailleurs, il y a quelques années déjà, un rapport de l’ONU affirmait que le premier pays au monde où la religion influençait largement la vie politique était le Sénégal.

Votre insolence intellectuelle montre que vous avez beaucoup à apprendre sur votre pays et sur Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum. A l’ère du numérique, il est aisé de se lancer dans des marathons discursifs sous le sceau d’une quelconque intellectualité mais je vous invite seulement à méditer devant votre ordinateur sur cette image qui vaut mille mots.

Je vous laisse le soin d’en faire votre commentaire.

Retournons à notre cours d’histoire. Qui est Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy ? C’est ce citoyen par excellence de la nation  sénégalaise dont l’impact multidimensionnel (sur le plan religieux, politique, économique, social…)  fascine la psyché  Sénégalaise.

Il fut celui qui sauva la démocratie sénégalaise en se dressant en contre-pouvoir avec le Parti de la solidarité sénégalaise (PSS) devant  la suprématie de Senghor et de Lamine Gueye. Pour une première participation à une élection législative en 1959, il la remporta  avant que s’en suive le hold-up que tout le monde connait.

N’est-ce pas lui que le président Senghor appelait à n’importe quel moment, cela malgré leurs divergences, pour régler des problèmes d’intérêt national.

Faut-il rappeler que c’est Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy qui lors de la crise de décembre 1962 entre Senghor-Dia,  devant l’investissement par les forces de l’ordre de l’assemblée nationale, qui réussit à ériger un pont de dialogue entre la maison de Lamine Gueye  et le palais présidentiel faisant échapper le pire au Sénégal.

Ce ne sont pas les étudiants de la crise de mai 68 qui oublieront de sitôt quand aucun membre du gouvernement de Senghor n’osait fouler le sol de l’université de Dakar, que c’est lui qui le foula pour les affronter avec cette formule  «laissez-moi contester votre contestation. »

Bref, pour ne pas être long n’est-il pas tout simplement celui qui sauva le Sénégal des tensions inter-religieux, inter-confrériques, inter-ethniques par ses prêches, ses conférences dont lui seul avait le secret.

A tout point de vue, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy pour avoir cimenté cette cohésion, dont se vantent les Sénégalais, mériterait le titre de Père de la nation ou de Héros de la nation. L’histoire est en train de le confirmer, sa pensée s’impose de plus en plus surtout au niveau de la jeunesse et c’est parti pour des siècles à l’image d’un Confucius en Chine ou d’un Gandhi en Inde. Ce ne sont pas des vagabondages intellectuels qui stopperont cette marche vers l’éternité.

Mon cher Babacar Justin Ndiaye, vos chroniques peuvent être belles, percutantes parce qu’agençant à la perfection la langue de Molière. Mais elles peuvent perdre toute valeur intellectuelle devant l’amnésie ou la méconnaissance historique qui ne vous fait pas honneur. Hélas, ce mal est celui qui frappe une partie de l’intelligentsia sénégalaise issue des écoles occidentale et orientale qui se mue en pourfendeur des grands érudits du Sénégal. Oubliant que si ce pays est un modèle dans le monde c’est grâce à ces derniers qui ont su créer cette cohésion et cette stabilité.

De l’avis d’un de mes professeurs à l’université de Dakar, il n’existe pas de plus grand danger pour le Sénégal que cette intelligentsia détracteur complexée qui sous couverts des diplômes tamponnés sous un bout de papiers se croient les maitres du monde. Qu’on le veuille ou non, le Sénégal bien que laïc est un pays ou le religieux a un regard sur sa marche. C’est le pays d’El Hadj Oumar, de Maodo, de Bamba, de Limamou Laye, de Hyacinthe Thiandoum… Nous avons cette chance comme le disait Serigne Mounirou Sarr quand des visiteurs venus de l’Orient séjournaient à Tivaouane : « Jadis du temps du Prophète (P.S.L) vous abritiez tous les grands hommes, mais aujourd’hui tous les grands hommes de notre temps se trouvent au Sénégal.»

Mon cher Babacar Justin Ndiaye, il est temps de prendre ça en compte et d’éviter dans vos réflexions hasardeuses ces références à outrances à des penseurs occidentaux. Vous semblez mieux les connaitre mais nous avons mieux au Sénégal et en Afrique et il faut être décomplexé pour le percevoir.

Pour finir, si on devait qualifier Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum car il est impossible de le qualifier du fait de son parcours multidimensionnel, je l’aurais appelé Al-Maktoum : le citoyen extraordinairement excellentissime.

Cheikh Ahmed Tidiane Mané

Sikiri87@yahoo.fr

Facebook Comments