Affaire Gana Gueye : Des attaques contre le sénégalais se multiplient en France

304
Advertisement

Alors que Gana Gueye a, selon plusieurs médias, refusé de jouer contre Montpellier pour ne pas porter un maillot aux couleurs de la cause LGBT, Bertrand Lambert, président des Panam Boyz, réagit avec virulence à l’attitude du milieu sénégalais mais aussi à la passivité de son club, le Paris-Saint-Germain.

Président des Panam Boyz, club ouvert à la diversité, Bertrand Lambert participe depuis 2016 et conjointement avec la Ligue aux opérations pour lutter contre l’homophobie et le sexisme dans les stades de Ligue 1 et de Ligue 2. Bertrand Lambert réagit à la polémique.

Publicité

B.L. : Je n’ai pas été surpris. Je me suis souvenu que l’an dernier il n’avait pas joué et que le club avait prétexté une gastro-entérite. Cette fois, il l’a assumé puisque son entourage a répondu aux journalistes. C’est déplorable à plusieurs titres et d’abord parce que ça donne un mauvais exemple. On arrive à faire une opération où tout le monde joue le jeu. Tous les joueurs de France ont porté le maillot quelles que soient leur conviction ou leurs croyances. De la même manière que porter le brassard contre le racisme ne change pas la couleur de peau, porter le maillot arc-en-ciel ne change pas l’orientation sexuelle de celui qui le met. Qu’est-ce qu’il se passerait si Josh Carvalho (ndlr : premier joueur professionnel à avoir fait son coming-out) jouait au PSG ? Gueye aurait refusé de lui faire des passes ?

Que répondez-vous à ceux qui mettent en avant le libre-arbitre du joueur ?

B.L. : Mais peut-on imaginer un même comportement lors des campagnes anti-racisme de l’UEFA ? Il ne devrait pas y avoir un poids deux mesures. Ce sont les mêmes discriminations : on veut que la minorité soit acceptée dans la majorité. L’homophobie, c’est refuser de jouer avec un joueur différent. Ça, ce n’est pas possible. Je rappelle que le vivre-ensemble n’a pas de religion. Nous avons distribué un flyer aux joueurs avant les matches avec des explications claires : l’homophobie n’est pas une opinion mais un délit. Ce qui est choquant, c’est que le PSG fasse comme si de rien n’était. Gueye choisit de ne pas jouer donc il ne travaille pas sous des prétextes inadmissibles. On a un travail important à faire parce qu’il n’y a toujours pas eu de coming-out en France alors qu’on sait qu’il y a des joueurs gays dans les vestiaires. Yoann Lemaire (ndlr : fondateur de l’association Foot ensemble) m’a indiqué ce lundi matin qu’il était à Reims avec des U17 pour les sensibiliser sur ce sujet. Or, il a entendu des jeunes affirmer que si Gueye s’était comporté ainsi, ils pouvaient eux aussi le faire.

Quelle sanction préconisez-vous pour ce genre de comportement ?

B.L. : J’attends des instances, du ministère et du PSG de la fermeté. Je rappelle qu’on ne promeut pas l’homosexualité mais le vivre ensemble et le respect de tous. Je ne veux pas d’une amende qui ne sert à rien. Je voudrais le rencontrer avec des associations pour parler de ça, pour discuter et faire tomber les préjugés. Je rappelle quand même qu’un seul joueur sur 700 a refusé de porter le maillot, les choses avancent. Quand Neymar, Messi et Mbappé portent un maillot arc-en-ciel, ça vaut toutes les campagnes de sensibilisation du monde.

Est-ce la première fois que vous rencontrez des résistances pour cette opération qui existe depuis 2016 ?

B.L. : Non, ce n’est pas la première fois. Lorsqu’on avait lancé l’opération brassard arc-en-ciel pour les capitaines de chaque club de L1 et L2, Lyon avait changé trois fois de capitaine. Marcelo et Fekir avaient refusé de porter le brassard. Mais s’il n’y avait pas de résistance, nous n’aurions pas besoin de faire ces campagnes. On a l’appui à 100% de la Ligue. Le message, cette année, était d’inciter les joueurs à être eux-mêmes. Or tant qu’il y aura des joueurs comme Gueye et que ça passera sans rien dire, il n’y aura jamais de coming-out dans le foot français.

Pub