Affaire de trafic de visas : «Le mouvement Y’en a Marre un conglomérat de businessmen, de politiques…» (Abou Diallo, Cos M23)

0
200
Advertisement

La situation dans laquelle se trouvent des membres du mouvement Y’en a Marre a visiblement semé le doute dans le monde de la société civile. Sorti hier pour se prononcer sur cette affaire impliquant deux de ses membres, le mouvement Y’en a Marre s’est solidarisé et a décrié la procédure judiciaire enclenchée contre Kilifeu et Simon. Une justice, encore manipulée, selon Aliou Sané et ses camarades qui ont également obtenu le soutien de responsables politiques comme Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, Babacar Diop, etc..

Ce qui n’est pas l’avis du chargé de l’organisation de la Commission orientations et stratégies (COS M23 ) qui considère que ces « politiques encagoulés ou même businessmen », ont quitté depuis longtemps le terrain des revendications de la société civile. « Qu’on ne se leurre pas. Le mouvement Y’en a Marre ne se bat pas pour le peuple sénégalais. C’est un regroupement de businessmen qui profitent de l’appui d’ONG et de lobbies pour subsister. Il faut savoir dire la vérité aux sénégalais », dénonce Abou Diallo qui s’estime déçu de voir un mouvement qui a participé à une alternance démocratique, se détacher des idéaux de son peuple.

Publicité

À en croire le chargé de l’organisation à la Cos M23, « ce mouvement doit se réunir pour une assemblée générale et sanctionner ses membres impliqués ». Il est toutefois, selon Abou Diallo, à souhaiter qu’ils recouvrent la liberté. Mais dans ce pays, il faut arrêter de prendre les gens en otage pour régler des problèmes crypto personnels. Pour le membre de la Cos M23,  « les sénégalais ne doivent pas accepter qu’on les manipule. »

D’ailleurs, cette situation doit dès lors interpeller tous les acteurs de la société civile, pour enfin penser à assainir le milieu de la société civile. Par conséquent, dira Abou Diallo, « une dynamique vers l’organisation des Assises de la société demeure un impératif… »

Pub