Affaire Barth – Les révélations de son avocat Me Khoureychi Bâ

0
153
Advertisement

La 3e chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Dakar a renvoyé jusqu’au 1er décembre le dossier du meurtre de Ndiaga Diouf dans lequel Barthelemy Dias a été condamné en première instance avant d’interjeter appel. Interrogé après le renvoi, Me Khoureychi Bâ, avocat de l’édile de Mermoz-Sacré Cœur et candidat de la coalition Yewwi Askan Wi pour la mairie de Dakar, a rappelé que cette affaire est venue au rôle de la Cour depuis 2018.

« Ensuite, elle a fait l’objet de plusieurs renvois jusqu’à aujourd’hui. Comme vous l’avez vu un seul des prévenus a pu se présenter physiquement à la barre et il s’agit de M. Sibi. L’avocat général répondant au président de la Cour qui sollicitait ses observations a demandé la retenue de l’affaire. Il pensait que l’affaire doit être retenue comme le disait notre client Barthélemy Dias », a dit l’avocat.

Publicité

Sur les raisons de l’absence de Barth au tribunal, la robe noire a déclaré que : « vous savez qu’il n’a pas eu la possibilité d’être présent bien que la Cour ait commencé l’audience à une heure assez raisonnable. Il est certainement pris dans les bouchons parce que quand la Cour entrait il avait déjà quitté son domicile. Il avait pris ses dispositions pour être là mais il se trouve qu’il y avait des embouteillages. Ça a joué sur son absence et celle de mes confrères. En toute souveraineté, le président de la Cour a estimé que l’affaire n’est pas en état d’être jugée et il l’a renvoyé à juste titre à l’audience du 1er décembre ». Répondant à une question d’un journaliste, la robe noire indique clairement qu’ils seront là le 1er décembre.

« Toute date que la justice fixe nous convient parce que nous sommes des acteurs de la justice. Mais nous ne savons pas ce qui se passera le 1er décembre. Il peut y avoir un autre renvoi. Parce que si le prévenu commet un autre avocat, ce dernier a également le droit de demander le renvoi à un autre jour pour prendre connaissance du dossier. C’est les droits de la défense », précise la robe noire.

Pub