A l’OL les regrets, le Bayern croisera le PSG en finale

0
165

 La marche était trop haute pour l’OL. Loin d’être passé à côté de son match, le club rhodanien a été battu par le Bayern Munich en demi-finale (0-3), mercredi soir, à Lisbonne. Serge Gnabry (18e, 33e) et Robert Lewandowski (86e) ont porté le club bavarois vers la victoire. Le FCB affrontera le PSG en finale de la compétition dimanche à l’Estádio da Luz.

Pour Lyon, c’est ici que l’aventure lisboète s’achève. Malgré une prestation tout à fait honorable et un début de match très emballant, les Gones ont subi la loi d’un Bayern Munich implacable ce mercredi (0-3) en demies de la Ligue des champions. Guidés par un Serge Gnabry des grands soirs, les Bavarois affronteront le PSG en finale de la compétition dimanche (21h). L’OL, de son côté, peut quitter le Portugal la tête haute. Et avec quelques regrets.

Cela n’a l’air de rien comme ça, mais il peut s’en passer des choses en l’espace de 58 secondes. Ce mercredi, par exemple, c’est le temps qu’il a fallu aux Lyonnais pour caresser le fol espoir d’un indicible exploit… et être rattrapés par la dure réalité. C’est, concrètement, le temps qui s’est écoulé entre le moment où Karl Toko Ekambi a tiré sur le poteau de Manuel Neuer (17e) et celui où Serge Gnabry a, d’un coup de fusil du gauche, nettoyé la lucarne d’Anthony Lopes (18e, 0-1).

Gnabry, héros du soir et bourreau de l’OL

Ce superbe but de l’ailier allemand est venu donner un avantage immérité au Bayern, tant le premier quart d’heure avait été dominé par les joueurs de Rudi Garcia. Loin d’être inhibés par l’enjeu, ceux-ci ont sérieusement tancé un “Rekordmeister” qui, avant d’être sauvé par son montant, avait déjà vu Memphis Depay rater une très belle occasion (4e). Sauf que les Munichois ont su refroidir les ardeurs de leurs adversaires grâce à une efficacité redoutable.

Quinze minutes après avoir trouvé une première fois le chemin des filets, Gnabry a récidivé en profitant d’un étonnant raté de Robert Lewandowski (33e, 0-2). A vrai dire, le joueur formé à Arsenal a été le seul à sortir du lot sur la pelouse du stade José-Alvalade. Car les partenaires de Thomas Müller ont été nettement moins impressionnants que face au FC Barcelone vendredi dernier (2-8). Coup de mou avéré ou volonté d’en garder sous la pédale en vue de la finale ? Il faudra attendre dimanche pour le savoir.

Facebook Comments